Réponse à Mireille Joly qui trouve le projet de zone commerciale « FLOU »

« Si c’est flou, c’est qu’il y a un loup » …

Dans un interview accordé au JSL et publié le vendredi 18 novembre dernier (hier), la Présidente de l’association des commerçants du Tournugeois déclarait s’inquiéter du projet de zone commerciale au nord de la ville.

« On est conscient du projet à venir. De ce qui va se faire… Ou pas d’ailleurs. C’est assez flou. »

déclarait la commerçante installée à Tournus depuis 26 ans.

diapositive21

Tournugeois Vivant a la réponse à ces incertitudes

Nous regrettons d’ailleurs de ne pas être parvenus à bien faire passer notre message. Cela fait presque 5 mois que nos représentants battent le pavé, tiennent des réunions publiques en présences de dizaines d’habitants (parfois des centaines), informent la population, participent à des émission radiodiffusées, voyagent sur le territoire pour voir la réalité des projets aboutis, diffusent des articles sur ce blog, … et notre Présidente ne les a pas eues !

Nous avons pêché quelque part, et nous nous en voulons. Mea culpa.

Mais il reste 4 jours avant que la délibération municipale qui entérina définitivement le projet « Leclerc » soit votée en conseil municipal !

OUF

Madame Joly : non ce n’est pas flou !

Nous vous envoyons par courriel les informations précises à notre disposition ce jour. En espérant dissiper votre « flou » sans altérer votre enthousiasme.

Mais sachez que NON : ce n’est pas flou !

Le dossier « En Baraban » existe bel et bien : il est déposé en mairie. Nous sommes d’ailleurs un peu étonnés que l’Association des commerçants du Tournugeois n’ait pas demandé à le consulter. Cela vous aurait évité d’être dans le flou sur ce projet 5 jours avant sa délibération municipale. Et surtout de le dire au JSL …

À moins que comme à nous, le maire Claude Roche vous ait refusé l’accès a ce document ?

En résumé, voilà les précisions que nous pouvons vous apporter :

1 . la superficie accordée à Leclerc : 20 hectares (environ), dont 10 hectares pour la zone diapositive20commerciale. C’est plus que l’étendue actuelle de la ville entre l’Abbaye et feu le Madeleine Palace.

2 . la superficie de grandes surfaces bâties : 22 000 m2 « SDP » (Surface De Plancher) de commerces + 5 000 m2 « SDP » de services (crèche et centre Auto Leclerc). C’est plus que le plancher de grands surfaces actuel (19 800 m2).

Les projets commerciaux du groupe "Leclerc" à Tournus

Les projets commerciaux du groupe « Leclerc » à Tournus

 

3. le type de grandes surfaces commerciales implantées

Nous sommes même en mesure de prévoir le nombre d’emplois qui seront perdus en contrepartie.

Si ce n’est pas suffisant pour lever le flou, nous pouvons vous fournir d’autres renseignements :

  • le coût moyen pour la collectivité,
  • le classement en zone naturelle protégée,
  • la mise en péril d’une exploitation agricole,
  • l’incompatibilité technique entre une zone commerciale et une zone artisanale/industrielle,

Ce qui est flou, Madame Joly, c’est la partie « entreprises »

Il est vrai que si la partie « commerces » est très précisément édictée dans le projet qui sera proposé aux conseillers municipaux le 23 novembre, la partie « créations d’entreprises » est totalement inexistante.

Alors que notre maire Claude Roche passe son temps à justifier l’implantation d’un centre commercial « Leclerc » par la création d’emplois dans des entreprises qui réclameraient à corps et à cris un supermarché (et dont on se demande pourquoi la proximité du nouveau giga-LIDL ne suffit pas ?), nous n’avons rien trouvé dans le dossier sur ce point.

Ha si, une chose : 1 ligne de promesse (400 emplois).

C’est tout. Point barre. Nada.

400 c’est chouette : c’est rond.

Comme si à Tournus il suffisait de dire « je ferai venir 400 emplois » pour prendre les clés de la ville. Sur ce point, nous vous l’accordons : c’est flou.

Mais le plus flou, c’est bien la façon dont nous en sommes arrivés là : une partie de la ville ne connait pas le dossier. On se demande même si tous les conseillers municipaux l’ont lu ? On ne sait pas : sauf 8, ils sont terriblement mutiques.

Et pourtant, c’est ce mercredi qu’ils lanceront (ou non) ce projet « en Baraban ». Dans des conditions digne d’une dictature la plus opaque.

C’est Flou non ?

 

 

4 réflexions au sujet de « Réponse à Mireille Joly qui trouve le projet de zone commerciale « FLOU » »

  1. joly

    bonsoir, je tiens à préciser que j avais préparé à l’intention du journaliste une expression libre et écrite, qui ne correspond pas tout à fait à ce que certains de vos adhérents commentent. Ce courrier est publié en intégralité depuis le 16 novembre dernier sur le site de Commerces du Tournugeois. J ‘ai parlé de projet hypothétique , car sauf le fait de me contredire à l’heure actuelle rien n’est entériné par nos élus.
    Par ailleurs puisque tous les mots ont leur importance, permettez moi de rappeler, que le vote de Mercredi soir ne concernera qu’une délibération modificative du PLU nécessaire par ailleurs à l’urbanisation de la zone. Ce projet d’ailleurs émane de l’équipe précédente. En aucun cas, mercredi soir prochain, cette délibération validera le projet Leclerc. Le positionnement de notre association de près de 80 adhérents et clair , l’association en elle même ne peut se positionner de manière globale et n’a par ailleurs pas vocation à parler pour tous ses adhérents aux professions diverses., à titre personnel chacun de nous peut avoir un avis , concernant le mien, mon adhésion à votre association parle me semble t il d’elle même.

    Répondre
    1. Veau

      Ce qu’il faut noter aujourd’hui, c’est la précision de la délibération :
      – le mot « activité commerciale » apparaît pour la première fois,
      – la désignation du projet est explicite pour la première fois : il correspond au dossier « en Baraban », déposé en mairie.

      Et ce sera irréversible.

      Attendre que ce dossier ne soit plus « hypothétique » pour agir est très risqué …

      Répondre
  2. Geoffroy

    Dans ma commune, un projet de lotissement controversé à été repoussé pour longtemps grâce à l’action d’une association de protection de l’environnement. Ce recours à permis d’ouvrir le temps du débat contradictoire entre les parties, nécessaire dans un système démocratique.
    N’auriez vous pas un contact avec une association de ce type?
    Il est tout de même bien dommage de livrer cette ville aux promoteurs, de supprimer ses aspects pittoresques pour la rendre standardisée et fade, de lui enlever toute chance de sortir du lot en somme.

    Répondre
    1. admi Auteur de l’article

      Merci pour votre contribution.
      Oui nous sommes en lien avec des association de préservation de l’environnement.
      Cela fait partie des possibilités sérieuses d’opposition.

      Cordialement,

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *