Leclerc de LUX : entre fausses promesses et illégalité !

Leclerc de LUX : entre fausses promesses et illégalité !

C’est en 2012 que le Leclerc de LUX a ouvert ses portes. Il appartient aujourd’hui au même consortium financier que le futur centre commercial de Tournus, soutenu par 17 conseillers municipaux.

Flash back et constat

Leclerc de Lux : hors la Loi

Comme toutes les sociétés de ce pays, une publication annuelle des comptes est obligatoire. Elle doit être déposée au Greffe du Tribunal de Commerce dans un délai de 7 mois. Ne pas le faire constitue une infraction pénale.

« Si le procureur de la République a connaissance de l’absence de dépôt des comptes par une société, il peut faire citer la personne morale et/ou son dirigeant devant une juridiction pénale pour qu’elle réponde de l’infraction. Comme le défaut de dépôt des comptes sociaux constitue une contravention de cinquième catégorie, la juridiction compétente est le tribunal de police», indique Guillaume Royer, avocat au Barreau de Nancy, spécialisé en droit des affaires et en droit pénal.

Hors, la société « LUXDIS », qui exploite le Leclerc de Lux (71) n’a pas déposé ses comptes annuels depuis presque 3 ans. (source : Infogreffe)

Nous avons joint le Tribunal de Commerce de Chalon sur Saône, qui nous a informé que plusieurs rappels avaient déjà été envoyés, sans succès. Circulez il n’y a rien à voir …

Bizarrement, là où les petites entreprises voient arriver la gendarmerie et les services fiscaux, « Leclerc Lux » n’a que quelques rappels à l’ordre, indolores.

La société LUXDIS n’aurait jamais payé d’impôt (sur les société – IS) depuis sa création en 2012

D’après nos informations, la société LUXDIS ne paierait, depuis sa création, aucun impôt sur les sociétés (IS). Pire : il semblerait que la « dette sociale », c’est à dire les charges sur les salaires, seraient abyssale. Pour le vérifier, il faudrait pouvoir lire ces fameux comptes (non déposés) … ceci expliquant cela !

En parallèle,

CQFD …

 

Comment Leclerc profiterait des aides de pôle emploi ?

Dans une enquête sur le détournement des aides à l’emploi, le journal « La tribune » explique comment le système « Leclerc » s’y prendrait.leclerc-pertes

Les avocats des plaignants dénoncent « un dossier emblématique dans lequel un fonds public destiné à la formation est détourné à son profit par une personne privée« .

« Avant l’inauguration d’un supermarché Leclerc, des chômeurs se voient proposer une formation avec promesse d’embauche à la clé. Durant le temps de la formation, ils sont indemnisés par Pôle emploi. Mais, en lieu et place d’une formation, les chômeurs sont préposés au ménage et à l’installation des rayons du futur magasin. Une fois celui-ci inauguré et l’heure de signer le CDI venue, une partie des chômeurs sont renvoyés ».

2012 et 2013 : des millions d’euros de pertes !

Que cache cette dissimulation ?
Pourquoi certaines sociétés ne déposent pas leurs comptes ?

La principale cause concerne les gérants des entreprises en difficulté financière qui décident de ne pas déposer les comptes. Le fait qu’elles ne publient pas leurs comptes, empêche un éventuel partenaire (fournisseur, client, banquier) d’être informé de la situation réelle de l’entreprise.

Plus de 3 millions de pertes en 2013 !

Plus de 3 millions de pertes en 2013 !

Ainsi, en 2012, le Leclerc de Lux a perdu plus de 2 millions d’euros.
En 2013, plus de 3 millions.

En 2014 et 2015 : ?

Pourtant, dans un article du 31-10-2016 du JSL, le gérant de l’établissement se félicitait des résultats obtenus. Étonnant, non ?

Fausses promesses sur l’emploi

Dans le bulletin municipal de la mairie de Lux, en février 2012, le dirigeant du groupe Leclerc faisait miroiter 140 emplois (temps pleins 35 heures). diapositive29

Pourtant, la réalité est loin du compte lorsqu’on regarde la dernière publication officielle : 111 emplois dont une grosse proportion de temps partiels ! Nous serions à peine à la moitié de ce qui avait été promis …

Le bulletin municipal, lui, continue de diffuser des publicités du groupe. On se sait pas à quel tarif.

« Faire venir des entreprises » : promesses non tenues

En 2012, nous pouvions lire dans le JSL

« Il restera environ 1,5 hectare qui sera boisé dans un premier temps mais qui pourra accueillir, à terme, d’autres commerces« 

En 2016, alors que toute la région du sud-chalonnais a vu s’implanter de nombreuses entreprises, seule la zone du « Leclerc » reste désespérément vide …
Pire : le magasin de Bricolage a fermé il y a un an. Sans repreneur. Lire : « Sur la zone de La Perrouze, à Lux, il n’y a pour l’heure qu’un hypermarché en activité.« 

D’autres magasins (article du JSL – février 2012)

« la municipalité de Lux espère bien que ce nouvel hypermarché devienne « une locomotive pour le développement de la zone. » Tout autour, les idées fourmillent et les projets ne manquent pas, comme l’implantation d’une série de petites boutiques dédiées à l’aménagement de la madiapositive32ison, par exemple. Mais rien n’est acté à cette heure » (2012)

Quand à la promesse environnementale « il sera boisé« , que seule pouvait croire le maire de Lux, et dont il doit se ficher éperdument qu’elle ne soit pas tenue, les photos parlent d’elles-mêmes.

2016 : la réalité du désert

Le 5ème plus gros annonceur de France

ou « pourquoi tant de désinformation » ?

Le groupe « Leclerc » est le cinquième plus gros annonceur de France, avec un budget de plus de 300 millions d’euros pas an.

C’est aussi l’un des plus gros annonceurs du groupe « Le Progrès », auquel appartient le JSL, ou du média « Info Chalon », qui ne diffuse plus aucun article sur Tournus depuis que le groupe Leclerc a annoncé son projet tournusien … tiens-tiens.

Nous profitons de ce chapitre pour remercier la radio « radio Bresse » de diffuser régulièrement les actualités de Tournus, même si elles ne font pas de la bonne pub à Leclerc. Il semblerait que ce soit le seul média indépendant de notre région …

La même direction à Tournus

En attendant, à Tournus,  17 élus de la municipalité acceptent de demander une modification du plan d’urbanisme pour que ce même groupe, du même « parrain » vienne construire 27 000 m2 de grandes surfaces. Selon Claude Roche, le maire de Tournus, cet investisseur a déjà procédé aux acquisitions foncières.

Entre promesses non tenues, défaut de déclarations et destructions d’emplois avérées, l’opacité de ce promoteur ne semble pas poser de problème à 18 de nos élus. Étonnant non ?

Pourtant, ils tiennent l’avenir de notre magnifique région du tournugeois entre les mains.

Il est à craindre qu’aucun d’entre eux ne lira cet article, malheureusement.

Pourquoi certaines sociétés ne déposent pas leurs comptes ?

La principale cause concerne les gérants des entreprises en difficulté financière qui décident de ne pas déposer les comptes. Le fait qu’elles ne publient pas leurs comptes, empêche un éventuel partenaire (fournisseur, client, banquier) d’être informé de la situation réelle de l’entreprise.

A suivre : comment le centre-ville de Bourg en Bresse est à l’agonie ?

Une réflexion au sujet de « Leclerc de LUX : entre fausses promesses et illégalité ! »

  1. Pelletier romain

    Cet article éclaircie vraiment, et prouve l’idée de Mr Landais, a savoir « le placement de perte ».
    Financièrement, investir dans une entreprise nouvelle qui ne fonctionnera pas ou peu, permet de faire disparaître taxes/impôts de celles du même groupe qui fonctionnent parfaitement et de pouvoir se « remplir les poches » très facilement et légalement grâces aux quelques entreprises pérennes. Et il reste assez d’argent de ces dernières pour combler le déficit de celles du groupe qui ne fonctionnent pas. C’est un cercle financier facile, quand on possède plusieurs entreprises, Leclerc n’est pas la première a utiliser ce montage financier, qui est « légal », dans le sens où l’on ne peut prouver le contraire.

Les commentaires sont fermés.