Claude Roche : « Tournus est une ville presque morte, et ça en sera fini si nous ne faisons pas ce centre commercial »

Le 6 mars 2017 : Assemblée Générale de l’Association des Commerces en Tournugeois

Lors de l’assemblée générale des commerçants, monsieur le maire de Tournus a fait une brève apparition.

Il a bien entendu défendu son projet de zone commerciale, ressortant les habituelles vieilles ficelles : projet complémentaire, sous contrôle, privilégiant l’intérêt commun par rapport aux intérêts particuliers,etc.  l’argument principal étant maintenant que comme la ville est  déjà « morte » ce projet est la dernière chance de Tournus et de la région.

Quelle insulte pour la ville, ses environs  et tous les habitants.  Quelle gifle pour toutes les forces vives qui tous les jours par leur dynamisme se battent pour la vitalité de leur cité.

Tournus est une petite ville formidable

qui a tous les atouts de son côté : patrimoine architectural, qualité de vie, suffisamment éloignée de Macon et de Chalon, mais pas trop, écoles, lycées, collège, potentiel humain remarquable, associations nombreuses et actives, chefs d’entreprises dynamiques, tissu de petits villages hyper sympas alentours, attractivité touristique, cinéma qui fait l’unanimité, théâtre, musées, bords de Saône, coteaux, tissu commerçant couvrant quasiment tous les besoins, renommée gastronomique, manifestations culturelles et associatives et j’en passe et des meilleures qui font bien des jaloux partout ailleurs.

Tournus et son bassin de vie ont  tout pour redevenir un petit paradis

où il fait bon vivre  à condition que l’on ne travaille pas à démolir systématiquement l’existant.
Qui peut croire qu’un supermarché acheté à coups de dizaines de millions d’euros sauvera une ville qui est tout sauf morte.

En voulant gérer la ville avec un carnet d’adresses et imposer de vieilles recettes qui ont partout en France prouvé leur nocivité depuis maintenant quarante ans,  vous avez prouvé, monsieur le maire,  votre manque total d’imagination. En insultant la ville et les habitants qui vous ont élu sur un programme que vous n’appliquez pas vous leur montrez  maintenant votre mépris.

Qu’on se le dise Monsieur le Maire : vos arguments ont fait pschitt !

Ne tombons pas dans le piège tendu de façon si grossière : NON Monsieur le Maire, le bonheur n’est pas dans l’hypermarché périphérique et dans la croissance démographique à tout crin, ni dans le drive ou l’extinction des paysages. Il n’est pas non plus dans l’hyper-consommation de produits d’importation ni dans la transport contraint en navette privée qui viendrait vider le reste de la ville pour enrichir un seul investisseur.

La ficelle est grosse et bien connue, mais depuis le temps qu’elle est utilisée elle est bien élimée … Seuls quelques intéressés y croient encore.

Qu’on se le dise Monsieur le Maire : Tournus n’est pas une ville morte. C’est une petite ville bien vivante, et qui n’a pas fini de vous prouver que sa vitalité dépasse grandement l’image négative que vous en avez.

Qu’on se le dise Monsieur le Maire, Tournus ne veut pas ressembler à Lyon et les tournusiens aiment leur région telle qu’elle est. Et plutôt que de la vendre à un milliardaire, ils font tout ce qu’ils peuvent pour y faire vivre dignement des familles. C’est cette valeur que nous défendrons tant que nous aurons un souffle de vie. Qu’on se le dise !

4 réflexions au sujet de « Claude Roche : « Tournus est une ville presque morte, et ça en sera fini si nous ne faisons pas ce centre commercial » »

  1. Denoix

    Très bel article. A publier partout.à coller sur les panneaux de la ville les portes des commerces. Il faut réveiller la population et continuer à nous battre pour la survie de Tournus de ses commerces de son âme sans leclerc.

    Répondre
  2. Bernard

    C’est vrai que Tournus est une ville ennuyeuse, ça bouge plus dans les petits villages autour en Bresse. Mais c’est pas un centre Leclerc qui va changer cela si les clients ne viennent pas en ville.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *