Les réponses de Marie-Claude COLIN CORDIER à Tournugeois Vivant

(réponses diffusées par ordre préfectoral, selon les recommandations du code électoral)

5 questions aux candidats au poste de Député (élections législatives 11-18 juin 2017) – Marie-Claude COLIN CORDIER

4ème circonscription de Saône-et-Loire

Réponses de Marie-Claude COLIN CORDIER (Candidate EELV – Europe Écologie Les verts)

«  J’ai bien reçu votre questionnaire relatif à un projet d’implantation d’une grande surface à Tournus et je partage votre inquiétude et votre refus. Je partage aussi votre volonté de participer à un développement local harmonieux de votre ville et plus largement du territoire qui l’entoure, respectueux de ses habitants.

L’écologie des territoires est pour moi une priorité tant elle est attachée à la qualité de vie. Elle est porteuse d’emplois et d’innovation, de projets utiles et partagés, économe en ressources, protectrice des milieux naturels »

 » Les écologistes proposent de donner un coup d’arrêt à la construction de nouveaux centres commerciaux aux portes des villes « 

Tournugeois Vivant (TV) Le Tournugeois est très pourvu en « grandes surfaces commerciales » (environ 2 fois plus que la moyenne nationale) : pour un bassin de vie de 11 500 habitants, nous avons déjà 5 grandes surfaces alimentaires.

  1. Que pensez-vous du projet d’implantation d’une nouvelle grande surface (Leclerc, environ 8 000 m2 de « surface plancher ») accompagné d’environ 12 000 m2 d’autres grandes surfaces, tel que le prévoit une délibération municipale votée le 23 novembre 2016 et qui devrait ouvrir en 2019 (http://www.espace-grand-rivage.fr/) ?

  2. Pensez-vous que ce projet comporte un risque de déstabilisation de l’offre commerciale actuelle, mettant en danger à la fois les possibilités de choix des consommateurs et l’équilibre économique existant ?

-> Marie-Claude COLIN CORDIER : « Je suis opposée au projet d’implantation d’une nouvelle grande surface, inutile et dangereuse pour le commerce local. Ce centre commercial dévitaliserait le tissu économique existant sans bénéfice pour l’emploi. Ce projet comporte aussi le risque d’avoir un jour, à l’entrée de la ville, une friche commerciale sur des sols stériles »

  1. Si vous êtes élu(e), quelle position allez-vous défendre à Tournus au plan de l’étalement commercial périphérique ?

-> Marie-Claude COLIN CORDIER : « les écologistes proposent :

  • de donner un coup d’arrêt à la construction de nouveaux centres commerciaux aux portes des villes
  • d’intégrer l’aménagement commercial dans le code de l’urbanisme
  • de créer un schéma régional d’implantation des surfaces commerciales (répartition et développement) et un observatoire régional de l’activité commerciale
  • de soumettre les centres commerciaux à la taxe sur les activités polluantes

Je soutiendrai ces demandes. »

  1. Concernant le projet de revitalisation du centre-bourg de Tournus, pensez-vous qu’il faille veiller à conserver des animations culturelles au centre, en particulier nous pensons au cinéma « La Palette », dont il existe un projet de délocalisation en « périphérie sud » ?

-> Marie-Claude COLIN CORDIER : « Favoriser les commerces de proximité, de qualité en particulier pour l’alimentation et conserver au centre-ville des animations culturelles est indispensable.

 » La rénovation du cinéma « La Palette » en concertation avec les acteurs concernés est à soutenir « 


  1. Comment voyez-vous le rôle du député dans l’organisation de la concertation avec les habitants et le tissu associatif de votre circonscription ?

-> Marie-Claude COLIN CORDIER: « Je souhaite agir en partant du dynamisme des énergies et des atouts locaux, en favorisant les initiatives citoyennes, en accompagnant les porteurs de projets.

Il faut accroître le tissu associatif local à travers notamment un fond de soutien à l’emploi associatif. J’encouragerai les projets de territoire comme par exemple les projets alimentaires territoriaux.

Au niveau national je demanderai le développement des formations initiales et professionnelle sur les métiers de la ville durable et intelligente (urbanistes, architectes, ingénieurs, génie urbain)

La ville doit concilier commerces, services et habitat. A nous tous nous pouvons la rendre plus piétonne, plus apaisée, plus végétale, plus humaine en somme »