Les réponses de Michèle CHAMBON à Tournugeois Vivant

(réponses diffusées par ordre préfectoral, selon les recommandations du code électoral)

5 questions aux candidats au poste de Député (élections législatives 11-18 juin 2017) – Michèle CHAMBON

4ème circonscription de Saône-et-Loire

Réponses de Michèle CHAMBON (Candidate de la France Insoumise)

« Cette nouvelle zone entrainera une désertification du centre, sans vision humaniste ni respect pour l’histoire et le patrimoine »

« Notre projet vise à mettre en toutes circonstances l’humain au centre de toutes les décisions. Les citoyens et les usagers seront appelés à s’impliquer, à faire valoir leurs idées et leurs droits »

Tournugeois Vivant (TV) Le Tournugeois est très pourvu en « grandes surfaces commerciales » (environ 2 fois plus que la moyenne nationale) : pour un bassin de vie de 11 500 habitants, nous avons déjà 5 grandes surfaces alimentaires.

  1. Que pensez-vous du projet d’implantation d’une nouvelle grande surface (Leclerc, environ 8 000 m2 de « surface plancher ») accompagné d’environ 12 000 m2 d’autres grandes surfaces, tel que le prévoit une délibération municipale votée le 23 novembre 2016 et qui devrait ouvrir en 2019 (http://www.espace-grand-rivage.fr/) ?

-> Michèle CHAMBON : « La métropolisation, la mise en concurrence des territoires, le productivisme et la course à la rentabilité financière sont les maitres mots des politiques menées.

L’implantation d’une nouvelle grande surface sur un territoire déjà très pourvu me semble une hérésie.

Cette nouvelle zone entrainera une désertification du centre, sans vision humaniste ni respect pour l’histoire et le patrimoine. Elle va entrainer le remplacement des lieux de vie par des lieux dédiés à la consommation, pour ne pas dire au consumérisme. Les grandes enseignes vont remplacer le commerce de proximité et l’artisanat »

  1. Pensez-vous que ce projet comporte un risque de déstabilisation de l’offre commerciale actuelle, mettant en danger à la fois les possibilités de choix des consommateurs et l’équilibre économique existant ?

-> Michèle CHAMBON : « Ce projet va bien évidemment déstabiliser l’offre commerciale actuelle. Il va mettre en danger les commerces du centre-ville et les grandes surfaces déjà implantées. Il va rompre un équilibre difficile, les commerces du centre ayant eu des passages difficiles. Le choix des acheteurs va se voir réduit et uniformisé. Beaucoup de petits commerces ont déjà fermé et il n’y a eu que peu de création. Les touristes apprécient de trouver un large choix de petits commerces et des boutiques variées et attrayantes. »

  1. Si vous êtes élu(e), quelle position allez-vous défendre à Tournus au plan de l’étalement commercial périphérique ?

-> Michèle CHAMBON : « Il n’est pas nécessaire de créer une zone commerciale mais ce pourrait être une zone artisanale avec des créations d’entreprises. Le projet de la France Insoumise est de créer une égalité d’accès à l’emploi en aidant financièrement le développement économique.

Le commerce de par son histoire sera maintenu à l’intérieur du Tournus historique. Je défendrai le bien-vivre, le lien social et la proximité. Cela évitera aussi de multiplier les trajets en voiture. »

  1. Concernant le projet de revitalisation du centre-bourg de Tournus, pensez-vous qu’il faille veiller à conserver des animations culturelles au centre, en particulier nous pensons au cinéma « La Palette », dont il existe un projet de délocalisation en « périphérie sud » ?

-> Michèle CHAMBON : « Bien sûr, il faut conserver le maximum de lieux culturels, d’animation et tout particulièrement le cinéma, La Palette, cinéma d’art et d’essai.

 

« Aidons le maillage culturel au plus près des gens »

  1. Comment voyez-vous le rôle du député dans l’organisation de la concertation avec les habitants et le tissu associatif de votre circonscription ?

-> Michèle CHAMBON : « Le député doit permettre la participation des citoyens aux décisions des collectivités par l’instauration de conférences citoyennes de territoire

Notre projet vise à mettre en toutes circonstances l’humain au centre de toutes les décisions. Les citoyens et les usagers seront appelés à s’impliquer, à faire valoir leurs idées et leurs droits. Les comités d’usagers n’auront pas seulement un strapontin mais une place réelle et pourront exercer un véritable pouvoir. Pour nous un député doit essentiellement faire remonter du Peuple ce qu’il pense être bon pour lui. Ce ne sont que des courroies de transmission.«