Qui a redonné les cordons de la bourse des Tournusiens à Claude Roche ?

Un maire déchu

le 1er août 2017

Rappelons que Claude Roche le maire de Tournus a été destitué par sa propre majorité lors du conseil municipal du 12 juillet dernier.

Avec 12 démissionnaires dans son équipe, 20 démissionnaires au total depuis le début de son mandat, Claude Roche n’a plus de légitimité car plus d’un tiers des postes de conseillers municipaux sont vacants.

Les raisons de ces démissions, toutes plus impensables les unes que les autres, ont été reprises dans la presse nationale et régionale depuis plusieurs mois … (lire par exemple l’article « Tournus creuse son trou« )

Une énigme préfectorale

Claude Roche en compagnie de celui qu’il appelle « mon ami » : Gérard Collomb, actuel Ministre de l’Intérieur (photo de 2016)

Alors que seul le Préfet de Saône-et-Loire peut prononcer la dissolution effective du conseil municipal présidé par Claude Roche et convoquer les électeurs tournusiens devant les urnes pour le renouveler, celui-ci semble être aux abonnés absents depuis le 12 juillet. Il faut dire que la période estivale ne doit pas arranger les choses.

Pendant ce temps, monsieur le maire fait passer des décisions qui lui avaient été refusées par son équipe il y a quelques jours, profitant du trouble ambiant (comme un projet concernant l’Hôtel de ville pour environ 400 000 euros …)

 

 

Rappel : retrait du pouvoir du maire à utiliser le chéquier des tournusiens

C’est le 20 juin 2017 que le maire de Tournus se voyait retirer l’ensemble de ses délégations. Parmi elle, la plus importante pour éviter que Tournus ne continue à creuser son trou : l’empêchement d’utiliser à sa convenance le porte-monnaie des Tournusiens !

C’était bien le moins qu’ils puissent faire.

Le retrait de ce pouvoir fût alors vécu comme un soulagement par l’ensemble des élus d’opposition, ainsi que par les 12 élus de sa majorité qui avaient tiré la sonnette d’alarme, mais aussi par une grande partie de la population.

Malheureusement, ce soulagement fût de courte durée …

Le porte-monnaie des Tournusiens à nouveau ouvert !

C’est par la voix de sa 5ème adjointe (unique adjoint présent au conseil d’hier !), Anh DESGEORGES, que les derniers soutiens de Claude Roche ont demandé de lui rétablir l’accès au chéquier communal, à hauteur de 5 000 euros maximum par chèque !

Dans la stupéfaction générale et devant un public interloqué, les 4 conseillers d’opposition, après une dernière tentative d’appel à la raison, on finalement quitté la table.

Les 7 derniers soutiens (sur 29 élus) à Claude Roche ont ainsi pu, seuls devant la population, rétablir l’accès au chéquier de la Ville au maire. Ces 7 élus porteront la responsabilité des dépenses qui pourront être faites par Claude Roche dans ce cadre.

 

Qui sont les derniers appuis de Claude Roche ?

Jean-Louis JANINET en compagnie de François FILLON (2014)

Parmi les derniers fidèles au maire, il reste 2 adjointes (la 3ème et la 5ème) : Mesdames Catherine MARDELLE (agent immobilier à Tournus) et Anh DESGEORGES (agent de sécurité à Chalon sur Saône)

L’appui indéfectible de Jean-Louis JANINET, principal propriétaire terrien de la zone « En Baraban », visée par le projet « LECLERC » est aussi à souligner. Il n’y a certainement aucun lien entre le soutien de ce fidèle parmi les fidèles et les millions d’euros éventuels de la transaction liée au maintien en place de Claude Roche.

Patrick BEY, Jean-François MATHEY, Catherine BON, Agnès CLERC, Huguette COURDIER, Christiane MAZOYER et Emmanuelle BEREZIAT ont aussi voté en faveur de leur leader controversé.

 

Dans la même soirée, « TOURNUS Citoyen » tenait sa première réunion de travail démocratique

Signe du destin : au moment même où le maire naviguait en eaux troubles avec ses derniers appuis, le mouvement « TOURNUS Citoyens » se plaçait d’ores et déjà comme la vraie force politique d’alternance.

En ce 1er août 2017, ce sont 60 citoyens qui sont venus travailler, dans un esprit sérieux et convivial sur des propositions d’éléments de programme pour la liste qui portera le même nom.

Le contraste démocratique entre les deux réunions est particulièrement flagrant : d’un côté 8 élus municipaux qui utilisent des centaines de milliers d’euros dans l’opacité la plus totale, de l’autre 60 citoyens qui espèrent pouvoir rétablir un dialogue avec leurs futurs élus !

Tournus a du talent, et nous espérons qu’il refera surface très prochainement !