TOURNUGEOIS VIVANT EST PRESENT DANS LES INSTANCES TERRITORIALES DANS LE 71

Depuis 2021, Tournugeois Vivant participe aux travaux du Conseil de Développement du PETR du Mâconnais Sud Bourgogne. L’association est représentée par Céline Braillon.

Tournugeois Vivant participe depuis 2020 aux travaux sur le PLUi de la Communauté de Communes « Entre Saône et Grosne » (CCESG). L’association est représentée par Gérard Morin.

« COMPTOIR DES INITIATIVES EN TOURNUGEOIS » : UN VRAI SUCCÈS !

Ce samedi 19 juin a eu lieu à l’Embarqu’, quai Bardin à Tournus, en extérieur, la première rencontre du Comptoir des Initiatives. Cet événement était organisé par L’Embarqu’, Tournugeois Vivant, Active Chalon et l’Association CIVAM Bio « Le Serpolet » de Dole. Plus d’une quarantaine de personnes ont participé.

Photo G.M.

Quel était l’objectif de ces rencontres ?

Accueillir et accompagner des porteurs de projets agri-ruraux innovants. Cette action s’intègre dans la démarche « RARES » initiée par l’Union Européenne et la Région Bourgogne-Franche- Comté. A terme, l’objectif est de créer un réseau régional.

Photo G.M.

Quels projets agri-ruraux innovants ont été présentés ?

Au cours de cette rencontre, 5 projets agri-ruraux innovants ont été présentés dont 4 dans le cadre d’ateliers destinés à favoriser les échanges entre les porteurs de projets et les participants appartenant pour la plupart à des organisations.

 

  • Un projet d’agro-foresterie à Simandre porté par un collectif, en cours de démarrage,  présenté par Véronique Chatard l’animatrice des Accords du Lion d’Or, à Simandre et par Manon Furet, très investie avec d’autres, dans ce projet novateur, parrainé par Fabrice Desjours créateur du jardin forêt de la Forêt Gourmande à Diconnes (71) Photo G.M.

 

  • Un projet de restauration et de portage de repas à domicile à partir de produits locaux, initié par Arnold Van Der Luit, situé à Préty, un scientifique qui a choisi une nouvelle orientation en commençant par suivre une formation de CAP cuisine.

 

 

Photo G.M.

 

  • Un projet de tiers-lieu avec Café associatif, boulangerie, ateliers poterie, costumes et hébergement, en phase de démarrage, situé à Blanot , porté par le Collectif « Le Coing » et présenté par Flore Simon et Sidonie Dubosc. 

 

 

Photo G.M.

 

  • Un projet de microferme portant sur le maraîchage et la culture du chanvre, présenté par Nicolas Thévenard de Mâcon. Nicolas est très demandeur de conseils et d’accompagnement.

 

 

Photo G.M.

 

Les ateliers étaient animés respectivement par Céline Braillon, Lionel Badot et Gérard Morin, membres de l’Embarqu’ et de Tournugeois Vivant, et par Claire-Marie Bonnet, chargée de mission au CIVAM Le Serpolet. Antoine Filipek d’Active Chalon assurait la coordination des ateliers.

Céline Braillon, Lionel Badot, Gérard Morin, Claire-Marie Bonnet et Antoine Filipek. (photo JSL)

Enfin, lors de la séance plénière, en fin de rencontre, Florence Berthoud-Lafarge, qui habite Montbellet, a présenté brièvement un projet de culture à grande échelle de plantes aromatiques médicinales et d’atelier de transformation destiné à la cuisine dans le cadre d’un concept d’alimentation-santé. L’objectif de Florence est de trouver prochainement un foncier lui permettant de concrétiser son projet.


Pour en savoir plus…

« RARES », C’EST QUOI EXACTEMENT ?

Les projets de création d’activités agri-rurales combinant plusieurs activités parfois associées à de la pluriactivité, sont de plus en plus complexes.

Les dispositifs d’accompagnement ne sont plus adaptés alors même que de nombreux acteurs interviennent auprès de ces porteurs de projets « atypiques ».

Le projet RARES a pour objectif de permettre aux acteurs de l’accompagnement de se rencontrer et d’imaginer collectivement des solutions afin de renforcer l’accompagnement de porteurs de projet agri-ruraux innovants et favoriser la création d’activités en milieu rural.

A qui s’adresse le projet RARES ?

  • Aux porteurs de projet agri-ruraux innovants de Bougogne Franche-Comté et les innovateurs agri-ruraux en activités

  • Aux structures accompagnatrices des porteurs de projets agri-ruraux innovants de Bourgogne Franche-Comté relevant du secteur agricole, rural et de l’ESS

  • Aux citoyens porteurs d’initiatives favorisant et soutenant la création d’activités agri-rurales sur les territoires

Qui participe ?

Le projet RARES réunit une multitude de partenaires tels que des associations du développement agricole et rural, des associations d’accompagnement de projets d’ESS, des Chambres d’agriculture, des centres d’études et de recherche, des usagers, des veilleurs et des facilitateurs. Il a été initié par Semeurs des Possibles et Accueil Paysan.

————————-

INFO DERNIÈRE MINUTE DE TOURNUGEOIS VIVANT : COMPTOIR DES INITIATIVES A TOURNUS

Que vous soyez porteur d’un projet, citoyen engagé, élu local, producteur, association ou simple curieux.se, venez participer

au Comptoir des Initiatives du Tournugeois !!

Lors de cette matinée vous découvrirez, échangerez et contribuerez aux projets d’avenir via une animation coopérative !

Toutes les forces vives du Tournugeois sont invitées à cette rencontre, véritable mine de solutions, de ressources et de contacts pour faciliter l’accomplissement des projets !

Tournugeois Vivant, l’Embarqu’, Active et Le Serpolet vous donnent rendez-vous :

le 19 juin 2021, de 10h à 13h à L’Embarqu’ (4b quai Bardin – Tournus).

Temps de convivialité en fin de matinée.

Contacts et informations :

Lionel BADOT – Tournugeois Vivant & l’Embarqu’ – lionelbadot@orange.fr

Antoine FILIPEK – Active, pôle de l’économie solidaire – 03 85 90 05 50 – antoinefilipek@active71..org 

 
GRATUIT – INSCRIPTION OBLIGATOIRE (par e-mails ci-dessus)

POPSU : COMMENT FAVORISER L’ACCÈS DE TOUS À UNE ALIMENTATION PRODUITE LOCALEMENT ?

Des associations locales, la Ville de Tournus et une équipe de chercheurs de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon ont entrepris un travail d’enquête et d’action, dans le cadre de la Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines (Popsu Territoires), depuis décembre 2019 sur la question : 

 

Comment favoriser l’accès de tous à une alimentation de qualité produite localement ?

Nous vous invitons à la restitution de ce travail pour en débattre et examiner comment continuer ensemble l’action engagée : 

Le samedi 26 juin 2021 

de 14 h 00 à 17 h 30 

à Tournus, Cellier des Moines 

Consignes sanitaires à respecter : 

masque obligatoire, gel hydroalcoolique à disposition et gestes barrières. 

 

Programme de la rencontre 

14 h 30 : introduction du maire. 

14 h 45 : présentation et restitution du programme : « Popsu – Démocratie alimentaire dans le bassin de vie de Tournus ». 

15 h 45 : échanges en ateliers thématiques. 

17 h : restitution des échanges … et après ?

 

Premier temps :  présentation et restitution du programme autour de trois questions : 

1. Comment se débrouille-t-on pour accéder à une alimentation de qualité dans le bassin de vie ? 

2. Où jardine-t-on ? Dans quels espaces ? Comment ? 

3. Quelle photographie de la production agricole, de la distribution et de la transformation locales ? 

Deuxième temps : échanges en quatre ateliers 

1. Accessibilité spatiale à l’alimentation : les épiceries mobiles en milieu rural. 
2. Accessibilité sociale à l’alimentation : l’épicerie sociale et solidaire. 
3. Les enjeux de production par les habitants : cultiver nos jardins. 
4. Les enjeux de production par les professionnels :  produire, transformer et distribuer localement. 
 

Troisième temps : ET APRES ? 

Conclusion. 

Espérant votre participation, nous vous adressons nos meilleures salutations.

L’action menée autour de ces questions se fait dans le cadre d’un programme national « Apprendre des petites villes » piloté par la Plateforme d’observation des projets et stratégie urbaine sous l’égide de trois ministères (Transition Ecologique, Cohésion des Territoires et Relations avec les Collectivités Territoriales et Culture). 

 

Merci de vous inscrire par retour de mail avant le mardi 22 juin à : secretariat.direction@tournus.fr 

Tournugeois Vivant
 
Économie Solidarité Partage
 
La Ville de Tournus
 
L’équipe des chercheurs MSH DIJON

PROJETS LOCAUX D’INITIATIVE CITOYENNE : RENCONTRE DU 31 MAI A TOURNUS

PREMIERE REUNION POUR DES PROJETS LOCAUX D’INITIATIVE CITOYENNE

LUNDI 31 MAI A 18H AU PALAIS DE JUSTICE DE TOURNUS

COMPTE-RENDU

Etaient présents : Daniel Cau, Marie-Claude Duxin, Manon Duret, Lionel Badot, Pierre de Mons, Alain Pinard, Gérard Morin, Dominique Ducreau, Céline Braillon, Anne Morin, Mickael Maniez, Jean Rossignol, Gérard Doussau, Christoph Hennig, Geoffrey Gautheron, Marc Vessiller, Evelyne Pauget.

Dans sa dernière Assemblée Générale, à partir des réponses au questionnaire apportées par ses adhérents, Tournugeois Vivant a décidé de lancer des chantiers citoyens pour travailler sur des Projets Locaux d’Initiative Citoyenne (PLIC) répondant aux besoins réels des habitants de Tournus et du Tournugeois. Il est rappelé que cette démarche est complémentaire de celle du collectif Pas d’éclat qui se focalise plus sur la lutte contre le projet ECLAT .

  • Quels types de projets locaux d’initiative citoyenne ?

Suite aux nombreuses idées émises par les questionnaires reçus à TV avant notre dernière AG, par les anciens Chantiers collectifs de 2017, par le Groupe projet de TV en 2016/2017,  par quelques personnes à titre individuel, les axes principaux qui se dégagent suite à un débat entre nous concernent :

  • la sécurité alimentaire du territoire dans les années à venir et l’accès à une alimentation saine pour tous (développement de maraîchage, des activités de transformation et de distribution de produits locaux dans des circuits courts et de proximité…)
  • le lancement et le développement d’initiatives culturelles fondées sur des groupements locaux
  • l’exploration et la mise en valeur du patrimoine local sous toutes ses formes, la réappropriation de lieux existants à valoriser (exemple : musée Greuze, collection d’art et traditions populaires)
  • le développement d’un tourisme vert et éco-responsable
  • la redynamisation (en cours) du centre ville de Tournus et des communes du Tournugeois
  • le développement d’activités pérennes créatrices d’emplois qualifiés

– par exemple : relance d’un industrie du vélo qui impacterait d’autres secteurs d’activités – par exemple : création d’une école, d’un lieu combinant les produits agricoles locaux de  qualité, le bio et les métiers de la cuisine et de la table ce qui correspond à l’ADN de Tournus et du Tournugeois

  • L »axe des cultures locales

L’idée d’un axe général autour des cultures locales en tournugeois se dégage : culture des savoirs faire ( y compris industriel), culture autour de nos patrimoines ( y compris gastronomique) , culture sur nos pratiques citoyennes fortes en Tournugeois ( y compris autour du cinéma), culture autour des circuits courts, d’une envie d’une alimentation saine pour tous ( y compris avec les personnes fragilisées)…. etc

Quant à l’implantation de ces projets, le souhait général est qu’elle se fasse dans la ville de Tournus (pas en Zone Nord) et dans le bassin de vie du Tournugeois.

  • Comment faire ?

La question qui se posait était : à partir de ces idées de projets collectées – Que fait-on ? Comment créer une dynamique qui mobilise le plus de tournusiens et d’habitants du bassin de vie possible ?

Comment donner envie et donner à voir des projets concrets qui s’inscrivent dans des objectifs très partagés par l’assemblée de transition écologique et sociale, de préservation de la ressource en eau, de lutte contre le changement climatique ? de non en mise en valeur du consumérisme ?

Faut-il un projet fédérateur ? Ou plusieurs projets qui vont s’enrichir les uns les autres et répondre au souci de préservation des ressources et de la biodiversité, de lutte contre les inégalités sociales, de réduction des diverses pollutions, de  non artificialisation des sols …

Il est proposé que les projets proposés puissent faire l’objet d’une exposition collective qui permettrait, par des croquis, images, maquettes, textes, de synthétiser les enjeux et de proposer des projets concrets.

  • 2 chantiers prioritaires

La réunion s’est conclue par deux chantiers à mettre en œuvre :

  • la nécessité de préparer une méthode de travail avant la prochaine réunion a recueilli l’assentiment général. Un groupe de travail s’est constitué, il se réunira 14 juin à Tournus à 18h ( soit à l’Embarqu’, soit au palais de justice) .
  • la nécessité d’impliquer la population de Tournus et du Tournugeois par différents moyens rendant concrets à la fois la démarche et les pistes de projets qui ne demandent qu’à être enrichis.

Il a été suggéré d’avoir recours à une ou des « chevilles ouvrières » en plus de nous : étudiant en master, contrat civique…etc

NB : l’ensemble des documents de synthèse des propositions faites par les uns et les autres, des pistes lancées par TV contre le projet d’hypermarché sont sur le site internet de TV.

  • 2 dates :

– Réunion du groupe de travail sur la méthode : le 14 juin à Tournus

– 2ème réunion sur les Projets Locaux d’Initiative Citoyenne : le 5 juillet 2020 à 18h à Tournus.

 

PLAN DE RELANCE GOUVERNEMENTAL : « PLANTONS DES HAIES »

Le Plan de relance prévoit d’aider les agriculteurs qui souhaitent favoriser la biodiversité autour et à l’intérieur de leurs cultures en reconstituant les haies bocagères qui les entourent et en implantant des alignements d’arbres (agroforesterie intraparcellaire).

De quoi s’agit-il ?

Outil clé de la biodiversité, les haies en bordure de champs et l’agroforesterie intraparcellaire permettent d’abriter des animaux auxiliaires de cultures (pollinisateurs, prédateurs de ravageurs), de lutter contre l’érosion des sols, d’améliorer la qualité et l’infiltration de l’eau dans le sol, de stocker du carbone et de s’adapter au changement climatique.

Pourtant, depuis 1950, 70 % des haies ont disparu des bocages français et continuent de diminuer.

L’objectif de la mesure est de parvenir à la plantation de 7000 km de haies et d’alignements d’arbres intraparcellaires sur la période 2021-2022.

Plus concrètement il est prévu 2 volets :

  • un volet « investissement » : financement de projets d’implantation de haies et d’arbres intraparcellaires

  • un volet « accompagnement » : financement d’actions d’accompagnement et d’animation dans les territoires afin de susciter des projets de plantation, faciliter leur montage et leur réalisation et assurer leur cohérence et leur pérennité.

Qui peut en bénéficier ?

Tous les agriculteurs.

Comment en bénéficier ?

Des appels à projets seront lancés au niveau régional, par la Direction régionale de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de votre région.

Calendrier de mise en œuvre

2 appels à projets sur l’année 2021 :

  • du 1er février au 30 avril 2021   

  • du 1er mai au 1er octobre 2021.

MARIE-GUITE DUFAY EN VISITE A MANCEY LE JEUDI 20 MAI

Le jeudi 20 mai, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a visité plusieurs villes et villages du Tournugeois avec des membres de son équipe, en compagnie du sénateur Jérôme Durain.

A Mancey, une réunion a été organisée à la salle des Fêtes.

Le sénateur Jérôme Durain et la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite DUFAY

La commune était représentée par Eric Villevière, le maire, Jean-Yves Colas, 2e adjoint, et Frédérique Gagnol, conseillère municipale. Deux habitants, invités par la mairie au titre de l’Assemblée des Habitants, étaient également présents : Marc David et Gérard Morin.

Les échanges ont porté essentiellement sur « Villages du Futur » et sur les attentes de la commune en matière d’accompagnement, sur les projets concrets de Mancey, notamment sur le photovoltaïque, ainsi que sur l’organisation et le fonctionnement de l’Assemblée des Habitants.

S’agissant de « Villages du Futur », programme de la Région destiné à accompagner les communes rurales dans leurs projets, pour lequel Mancey a été le seul village sélectionné en Saône-et-Loire, l’accent a principalement été mis sur les attentes des habitants en ressources d’ingénierie, mais aussi et surtout en matière de financement, en coopération avec la Communauté de communes et le Syndicat Mixte du Chalonnais.

Un dossier sur l’Assemblée des Habitants, créée en septembre 2016, a été remis à Madame Dufay au cours de la réunion.

 

VICTOIRE POUR SOPHIE, EPICIÈRE AMBULANTE, ET POUR TOUS CEUX QUI SE SONT MOBILISÉS !

Un outil de travail à bout de souffle

Lorsque Sophie s’est trouvée dans l’obligation de changer le camion épicerie avec lequel elle effectue chaque semaine ses tournées dans plus de 20 villages du tournugeois et du clunisois, elle n’imaginait pas qu’elle pas qu’elle aurait à franchir autant d’obstacles pour réunir les fonds nécessaires à cette acquisition.

Difficultés avec la banque

Au début, la banque a refusé son dossier de financement. L’ancien camion étant à bout de souffle, Sophie se voyait prochainement obligée d’arrêter son activité. Ce qui allait poser un vrai problème pour ses quelques 220 clients , dont la plupart sont des personnes âgées.

La mobilisation de tous pour que ce projet réussisse

Il fallait donc trouver d’autres solutions pour financer l’achat d’un nouveau camion-magasin.

Les mairies n’ont pas la possibilité d’attribuer des subventions à des entreprises privées.

Pour bénéficier d’une subvention de la Communauté de communes, il faut que le siège de l’entreprise soit situé sur le territoire de la comcom. Ce n’est pas le territoire de l’exercice de l’activité mobile qui est pris en compte.

Enfin pour bénéficier des mesures du plan de relance, il fallait attendre quelques temps.

C’est à ce moment là qu’ont commencé à se mobiliser non seulement les clients de Sophie, les membres de sa famille, les amis, mais aussi des producteurs locaux,  des citoyens ne résidant pas sur le territoire, des associations locales… pour participer dans un élan formidable

– à une campagne de financement participatif sur le site Coccigo, – à des dons manuels,

– à une campagne de financement de la Cagnotte solidaire…

Ensuite, d’autres fonds ont pu être réunis grâce à la Chambre de commerce de Saône-et-Loire et à la Communauté de Communes du Mâconnais-Tournugeois.

Et finalement, la banque a prêté à Sophie le reste des fonds dont elle avait besoin. Tout cela a duré plusieurs mois, en passant par des hauts et des bas. Sophie a tenu bon, elle a mené de pair son activité quotidienne et ses recherches de financement. Ce qui n’a pas été une mince affaire.

Un camion tout neuf !

Le nouveau camion magasin de Sophie

Les rayons d’épicerie sèche

Les vitrines en attente des produits frais locaux

Un élan de solidarité qui a permis de contourner tous les obstacles

Ce projet n’aurait jamais réussi sans ce mouvement, cette capacité d’agir des habitants de nos villages qui ont voulu témoigner à Sophie toute leur reconnaissance pour les services qu’elle rend depuis des années, et qui vont bien au delà d’une vente de produits alimentaires, pour son sourire et sa bonne humeur légendaires. A travers cet action de solidarité ils ont aussi affirmé la nécessité de faire vivre leur village tout au long de l’année, et encore plus en période de confinement.

Sophie a tenu à écrire à l’arrière de son nouveau camion les prénoms de ceux qui ont participé à la campagne de financement en ligne

Tournugeois Vivant se réjouit de la réussite de ce projet qui va dans le sens d’une dynamisation de nos villages et d’une alimentation à base de produits locaux de qualité.

Après avoir soutenu le projet de Sophie, notre association soutient un autre projet de création d’épicerie mobile, celui de Laetitia, dont nous vous avons déjà parlé.

DEMOCRATIE ALIMENTAIRE : POUR UNE MEILLEURE SANTE ÉCONOMIQUE, SOCIALE, ENVIRONNEMENTALE ET HUMAINE

Manger mieux

Dessiner un avenir alimentaire commun demande d’imaginer des formes de coopération plus équitables et de nouvelles solidarités au sein des territoires. En sortant la bonne alimentation, bio, locale et de saison, des seuls réfectoires collectifs, les autorités publiques et la société civile ont une nouvelle carte à jouer et de quoi travailler main dans la main. Tout le monde est d’accord : les citoyens veulent manger mieux, les agriculteurs veulent vivre de leur métier, les collectivités disposent plus que jamais de leviers de décision et d’action. 

Le principal frein, au final, est à rechercher plus dans les têtes que dans les moyens. Inventer les bases d’un nouveau contrat social « par et pour l’alimentation », instaurer une démocratie alimentaire qui vise une meilleure santé économique, sociale, environnementale et humaine, cela passe par des actions nouvelles, faciles et pas forcément coûteuses à mettre en place. Pour le bien de l’assiette, pour une meilleure santé des territoires, et pour un meilleur climat.

Extrait de : Tribune Démocratie alimentaire – Le Monde 9.06.2020

UN VIDEO REMARQUABLE SUR LA CHAINE ARTE : les défis d’une autre agriculture

Comment réinventer une agriculture alternative au modèle industriel ? Éléments de réponse recueillis auprès d’agriculteurs en France et en Allemagne.

S’il a eu le mérite d’assurer la sécurité alimentaire et de faire chuter les prix des denrées, le système agro-industriel, fruit d’une révolution engagée au cours du XXe siècle, semble aujourd’hui à bout de souffle. Infertilité croissante des sols, pollution des eaux aux nitrates, maladies liées aux pesticides, disparition des insectes et d’innombrables espèces animales… Pour les défenseurs de l’environnement et pour la communauté scientifique – mais aussi pour une bonne partie du monde paysan –, il est urgent de changer de cap pour sortir de l’impasse, en s’engageant pour une agriculture durable et respectueuse de l’environnement.

Mais par quels moyens ?

Un passage au « tout-biologique » est-il possible ?

Faut-il réformer les règles de l’agriculture conventionnelle ?

Quel avenir pour la permaculture, modèle écologique au rendement remarquable ?

Les réalisateurs de ce documentaire ont accompagné une année durant des paysans en quête de solutions alternatives en France et en Allemagne, pour tenter de répondre à ces questions essentielles. Les défis d’une autre agriculture aborde également le rôle capital du politique et de l’Union européenne en particulier – sans oublier les comportements des consommateurs – dans ce changement de paradigme.

Réalisation : Tatjana Mischke, Caroline Nokel

Pays : Allemagne

Année : 2018

https://www.arte.tv/fr/videos/079393-000-A/les-defis-d-une-autre-agriculture/