Archives quotidiennes :

CONFINEMENT : LA QUESTION DE L’ACCES AUX PRODUITS FRAIS POUR TOUS SE POSE AVEC ACUITÉ

Nous citons l’extrait d’un article du Monde qui met l’accent sur l’accès aux produits frais pour les personnes les plus vulnérables :

« Une autre préoccupation concerne l’approvisionnement en denrées alimentaires, lui aussi limité par le plan anti-épidémie : plus de « ramasse » dans les magasins, c’est-à-dire de collecte des invendus, en général des produits frais, car elle nécessite de la main-d’œuvre et des déplacements. « Nous ne distribuons plus, pour le moment, que des produits secs », constate M. Métais (président de la Banque alimentaire de Vendée).

« A la fermeture des cantines d’écoles et de collèges, nous avons pu récupérer leurs stocks de denrées non utilisées, mais ils ne permettront pas de tenir très longtemps », s’inquiète Yann Auger, (directeur général de l’Association nationale de développement des épiceries solidaires, réseau de 380 boutiques tenues à bout de bras par des bénévoles dont plus de la moitié ont dépassé 55 ans). « Nous craignons de devoir fermer un tiers de nos épiceries pendant la durée du confinement, précise M. Auger. Les autres ne pourront fonctionner qu’au prix de multiples précautions, étalement des visiteurs, port d’équipements de sécurité… L’arrivée de bénévoles jeunes, si nous parvenons à les fidéliser, serait formidable pour nos petites structures qui jouent le rôle de magasins de proximité. »

« Le temps du confinement, nous pouvons inventer d’autres moyens de fonctionner, par exemple en gardant le contact avec nos bénéficiaires par téléphone pour un soutien psychologique ou des conseils sur leurs droits, projette Mme Fayet (présidente du Secours Catholique). Et nous devons travailler en inter-associations, mettre des moyens en commun et assurer les fonctions essentielles.

Source de l’article : https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/18/coronavirus-les-associations-d-aide-aux-plus-demunis-font-appel-aux-jeunes_6033529_3224.html

———————————————————–

Selon le dernier baromètre annuel du Secours populaire publié mardi, 27% des Français ont du mal à s’acheter des fruits et légumes frais tous les jours et 19% peinent à régler la cantine de leurs enfants. Cette précarité alimentaire inquiète.

« Plus les familles sont dans la précarité, plus elles ont des difficultés à manger, et plus elles ont des soucis de santé. C’est quelque chose qui ne s’améliore pas avec le temps. La nourriture peut permettre aux gens de se sentir mieux dans leur peau et d’être en meilleure santé. »

———————————————————————–

PRODUCTEURS, HABITANTS DU TOURNUGEOIS, SI VOUS AVEZ DES IDÉES OU SI VOUS AVEZ CONNAISSANCE D’INITIATIVES SUR CETTE QUESTION DE L’ACCÈS AUX PRODUITS FRAIS POUR LES PERSONNES LES PLUS DEMUNIES PENDANT LA PERIODE DE CONFINEMENT, ENVOYEZ-NOUS UN E-MAIL AVEC VOS PROPOSITIONS A :

tournugeois.vivant@gmail.com

 

LISTE DES MARCHES EN TOURNUGEOIS ET BRESSE BÉNÉFICIANT D’UNE DEROGATION

  • TOURNUGEOIS EST ET BRESSE : Saint-Germain-du-Plain, Varennes-Saint-Sauveur, La Chapelle-Thècle, Cuisery, Romenay, Simandre, Bellevesvre, Mervans, Sornay, Saint-Vincent-en-Bresse, Louhans, Pierre-de-Bresse, La Chapelle-Saint-Sauveur.

  • TOURNUGEOIS OUEST :  Azé, Chapaize, Cruzille, Sennecey-le Grand, Nanton, Tournus (marché du samedi et du mercredi) 

Les dérogations sont délivrées à titre exceptionnel et pourront être retirées si les conditions de sécurité ne sont pas respectées, selon la préfecture.