Archives de l’auteur : gerardm

SALLE COMBLE A LA PALETTE SAMEDI 27 JANVIER

A l’évidence, le public de Tournus aime le cinéma.

Lorsque les films sont de qualité, les tournusiens et les habitants du Tournugeois sont au rendez-vous.

Samedi dernier, Cinémascotte proposait la projection de deux films de genre au cinéma La Palette :

  • « Le règne animal » de Thomas Cailley et co-écrit par Pauline Munier

Pour la projection de ce film à 18h, la salle était archi-comble, comme on peut en juger ci-dessous. Tout le monde n’a pas pu avoir de place.

 

  • « Vincent doit mourir » de Stephan Castang, réalisateur et comédien dijonnais

  • Le film  » La tresse » de Laetitia Colombani projeté dans la semaine a également connu un franc succès à Tournus.

VIVE LE CINEMA !

G.M.

EXCELLENTE ANNÉE 2024 POUR TOUS NOS ADHÉRENTS

Toute l’équipe de Tournugeois Vivant vous souhaite une excellente année 2024.

 

Gérard Doussau, membre du CA, n’est pas présent sur la photo, mais il est bien sûr associé à notre message.

2024 sera pour notre association une année importante qui verra l’aboutissement dans des projets très concrets des initiatives que nous avons prises dans le domaine de l’agriculture durable et de l’alimentation saine, dans le domaine de la culture au plus près des habitants dans les espaces ruraux, et dans d’autres domaines comme le développement du vélo et des équipements et services pour les cyclistes et la vigilance sur la qualité de l’eau du robinet dans le Tournugeois.

– ACTIONS EN MATIERE D’AGRICULTURE DURABLE ET D’ALIMENTATION SAINE POUR TOUS

Nous organiserons en effet en octobre-novembre 2024 en partenariat avec les villes de Cuisery et de Tournus des journées consacrées à l’agriculture durable, l’alimentation saine pour tous dans le cadre du Festival International Alimen’Terre.

Qu’est-ce que le Festival Alimen’Terre ?

 Le festival ALIMEN’TERRE est organisé chaque année du 15 octobre au 30 novembre. Autour d’une sélection de films documentaires, il amène les citoyens à s’informer et comprendre les enjeux agricoles et alimentaires en France et dans le monde, afin qu’ils participent à la co-construction de systèmes alimentaires durables et solidaires et au droit à l’alimentation.

 Durant 1 mois et demi, près de 2 000 événements sont organisés dans 600 communes et une douzaine de pays :

  • projections-débat,

  • marchés alimentaires et solidaires,

  • ateliers cuisine bio, locale et équitable avec des enfants,

  • expositions sur l’alimentation durable,

  • visites de fermes et rencontres avec des professionnels agricoles,

  • jeux pédagogiques pour des classes de lycéens,

  • spectacles de rue,

  • spectacles sur scène etc.

————————————————-

En 2024, avec la ville de Cuisery et la ville de Tournus comme principaux partenaires, Tournugeois relève le défi de porter ce projet en le co-construisant avec un maximum d’organisations et d’associations locales.

Nous souhaitons tout particulièrement que le public des jeunes participe à cet événement sous différentes formes (exposition de dessins, chorales, ateliers-cuisine…)

Le festival Alimen’Terre se déroule chaque année entre le 15 octobre et le 30 novembre.

A Cuisery, les dates des deux journées sur l’agriculture durable et l’alimentation saine ont été fixées les 19 et 20 octobre 2024.

A Tournus, les dates seront arrêtées par un Comité de Pilotage qui se réunira en février.

Nous vous tiendrons informés régulièrement de l’avancement du projet.

—————————————————————————————————-

ACTIVITÉS EN LIEN AVEC DES PROJETS DE RECHERCHE ET D’ACTION

Tournugeois Vivant participe au projet PRECARITERR’ qui a pour thème l’analyse de l’intégration des questions de justice sociale et environnementale dans les systèmes alimentaires des territoires, au moyen de recherches participatives.

Il s’inscrit dans le cadre territorial du Tournugeois avec les partenaires qui ont participé au Programme POPSU en 2020 et 2021 (voir article présentant le projet sur ce site). Tournugeois Vivant est l’un de ces partenaires.

Réunion d’étape à Tournus sur le projet Precariterr’.

——————————————————————————————

ACTIONS DANS LE DOMAINE DE LA CULTURE EN MILIEU RURAL ET DES DROITS CULTURELS DES CITOYENS

A la suite de l’enquête citoyenne « la Richesse culturelle du Tournugeois », notre association s’est engagée d’une part dans des actions facilitant la coopération entre des acteurs culturels locaux dans des projets communs concernant l’avenir de notre territoire. L’organisation du Festival Alimen’Terre et sa co-construction est l’illustration de cette démarche.

Le Galpon fédère plusieurs associations locales pour participer à Détours en Tournugeois

ACTIONS CONCERNANT LES PODCASTS SUR L’ANCRAGE TERRITORIAL DES ARTISTES ET DES COMPAGNIES

Ce projet de création de podcasts, piloté par Nathalie, a en effet un double ancrage :

  • chez les artistes et les compagnies de spectacle vivant qui évoqueront leur parcours et leur démarche, en partant de photos ou d’objets qu’ils commenteront et qui pourront (avec leur accord) être présenté lors de diffusions publiques.

  • sur le territoire du Tournugeois et de la Bresse bourguignonne, territoires ruraux à la dynamique culturelle forte. La culture au plus près des habitants.

ACTIVITÉS DANS LE NUMÉRIQUE ET LA COMMUNICATION

TOURNUGEOIS VIVANT s’engage, avec d’autres associations dans l’exploration de nouveaux modes de communication numérique.

Des membres du CA de notre association participent régulièrement aux réunions et conférences organisées aux Accords du Lion d’Or, à Simandre, par Etienne Gabaut. Ces réunions permettent des échanges fructueux, elles ont pour objectifs de lancer des actions concrètes d’utilisation de nouveaux logiciels libres qui n’entrent pas sous le contrôle et la propriété des GAFAM.

 

Les participants aux ateliers et conférences numériques au Lion d’Or à Simandre (photo JSL, G.C.)

————————————————————————————–

ACTIONS DANS LE DOMAINE DE L’EAU POTABLE

A Tournugeois Vivant, nous sommes également très préoccupés sur la question de l’eau et en particulier sur l qualité de l’eau que nous buvons.

Des demandes sur la qualité de l’eau potable ont été adressées l’an dernier au Syndicat Intercommunal des Eaux du Tournugeois, notamment en ce qui concerne les P.F.A.S.

Nous suivons également régulièrement les mesures de qualité de l’eau portable publiées par l’Agence Régionale de Santé sur le site

Les P.F.A.S. sont des composés poly- et perfluoroalkylés (une famille regroupant plus de 4.700 molécules). Quasi indestructibles, ils s’accumulent avec le temps dans l’air, le sol, les eaux des rivières, la nourriture et jusqu’au corps humain, d’où leur surnom de polluants « éternels ».

A partir du 1er janvier 2026 (seulement !), les PFAS seront intégrés aux programmes réglementaires de contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine (EDCH), en application d’une Directive européenne.

En ce qui nous concerne, nous souhaitons être informés de toute situation de dépassement des limites de qualité et des mesures prises pour retrouver une eau conforme aux exigences de la santé publique.

Les données sur la qualité de l’eau du robinet sont publiques et disponibles :

  • sur le site internet du Ministère chargé de la santé www.eaupotable.sante.gouv.fr. Les résultats du contrôle sanitaire de l’eau du robinet mis en œuvre par les ARS sont accessibles commune par commune et sont régulièrement actualisés.

    Sur ce même site internet, vous trouverez des bilans annuels édités par le ministère chargé de la santé sur la qualité de l’eau du robinet en France

  • en mairie : les derniers résultats d’analyse de l’eau du robinet, transmis par l’ARS y sont affichés ;

  • auprès du responsable de la production et de la distribution d’eau ;

  • avec la facture d’eau : une note de synthèse sur la qualité de l’eau, élaborée par l’ARS, est jointe annuellement à la facture d’eau, pour les abonnés au service des eaux.

——————————————————————————-

ACTIONS DANS LE DOMAINE DU VELO, DES EQUIPEMENTS ET SERVICES  POUR LES CYCLISTES

Tournugeois Vivant sera également très présent sur le développement de l’usage du vélo et surtout sur l’accélération des équipements pour les cyclistes : pistes cyclables, signalisation, garages à vélo, services de dépannage et réparation, formation des jeunes en particulier…

Des premières actions d’information et de sensibilisation ont été organisées en 2023, une réunion avec les Conseillers communautaires de la Comcom Mâconnais Tournugeois a été l’occasion d’échanger avec les élus et de présenter les premiers résultats d’un questionnaire exprimant les besoins des cyclistes, à Tournus et dans le Tournugeois.

Extrait de la présentation de Philippe Clément lors de l’AG de Tournugeois Vivant en septembre 2023.

PRECARITERR’ : LES ÉTUDIANTS DE L’INSTITUT AGRO DIJON À TOURNUS

Le projet PRECARITERR’ s’inscrit dans la logique du programme POPSU qui a fait l’objet de plusieurs articles sur ce site en 2020 et 2021.

Il a pour thème l’analyse de l’intégration des questions de justice sociale et environnementale dans les systèmes alimentaires des territoires, au moyen de recherches participatives. Il s’inscrit dans le cadre territorial du Tournugeois avec les partenaires qui ont participé au Programme POPSU en 2020 et 2021. Tournugeois Vivant est l’un de ces partenaires.

Vous trouverez ci-après des éléments d’information sur ce projet Précariterr’.

  • Le travail d’enquête sur le terrain

    Pendant la période du 4 au 7 décembre, 4 groupes d’étudiants de 2ème année d’études d’ingénieur en apprentissage à l’institut Agro Dijon sont venus enquêter sur le terrain dans le cadre du développement du système alimentaire local du Tournugeois sous la houlette de l’équipe de l’Association « Economie Solidarité Partage » à Tournus qui a organisé les activités sur place. Au cours de cette recherche participative, Gérard Morin, membre du Conseil d’administration de Tournugeois Vivant, a été interviewé par un groupe d’étudiants.

  • La réunion de restitution des premiers travaux

    La restitution du travail d’enquête a été présentée lors d’une réunion à l’ancien Palais de Justice de Tournus en présence des professeurs de l’Institut Agro Dijon et des partenaires locaux, dont Tournugeois Vivant.

 

  • Une suite pour les deux prochaines années

En 2024 et 2025, plusieurs autres groupes d’étudiants de l’Institut Agro Dijon, suivant des études d’ingénieur, dans le cadre de l’apprentissage, viendront à Tournus poursuivre le travail d’enquête sur le terrain de leurs ainés.

REPAIR CAFÉ DE L’EMBARQU’ : BEAUCOUP DE MONDE, UN GRAND SUCCÈS !

Chacun sait, à Tournus et dans le Tournugeois, que l’Embarqu’ est un café associatif  qui ouvre ses portes à de multiples initiatives.

La dernière en date : un « Repair Café » dans lequel se rencontrent des personnes qui ont des objets qui auraient une plus longue vie, s’ils pouvaient être réparés et des bénévoles qui ont des compétences en matière de réparation d’objets divers.

Il suffit de s’inscrire, d’enregistrer l’objet à réparer et d’assister ensuite à la réparation effectuée par un réparateur bénévole. L’opération est gratuite.

Evidemment, cela ne marche pas à tous les coups. Mais quand même ! Quel plaisir de voir ce qu’il y a dans le ventre d’objets que l’on a chez soi et qui ne fonctionnent plus. Souvent on s’aperçoit qu’avec un peu de patience et de technique, il est possible de les refaire marcher alors qu’on les destinait à la déchèterie.

A l’Embarqu’, il y avait ce samedi après-midi, de l’enthousiasme, de la convivialité et du savoir-faire. Bravo à tous les bénévoles !

Un pas vers une société anti-gaspillage !

CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF DE L’ASSOCIATION ECONOMIE SOLIDARITÉ PARTAGE

L’ASSOCIATION ECONOMIE SOLIDARITÉ PARTAGE (ESP) DE TOURNUS, AVEC LAQUELLE TOURNUGEOIS VIVANT A ORGANISÉ PLUSIEURS PARTENARIATS, NOUS COMMUNIQUE LE MESSAGE SUIVANT :

Soutenir l’association suite à l’incendie du jardin d’En Breuille

Nous faisons appel à la solidarité pour pouvoir poursuivre notre activité à caractère social et environnemental.

  • Qui sommes nous? 

L’association Economie Solidarité Partage est une structure d’insertion par l’activité économique qui porte 4 chantiers en insertion et s’inscrit dans un projet de transition socio écologique.

Le jardin d’En Breuille est un chantier en maraichage bio qui œuvre pour une alimentation locale et de qualité pour tous.

En effet, depuis 2019, ESP développe le projet “de la graine à l’assiette” pour permettre à tous d’accéder à une alimentation saine et durable. Ce projet d’économie circulaire et anti gaspi fournit à notre épicerie sociale “au Caddy Fleury” des légumes bio du jardin d’En Breuille pour nos bénéficiaires.

  • Pourquoi une campagne de financement participatif?

Lundi 16 octobre, en début d’après midi, le bâtiment du jardin d’En Breuille a brûlé. Il abritait nos stocks de légumes, tout a brûlé: notre salle de pause, nos bureaux, la salle de stockage …

Les conséquences sont énormes pour notre chantier d’insertion. Nos 14 salariés ont vu avec beaucoup d’émotions  leur travail anéanti en quelques heures : Plusieurs tonnes de légumes pour un montant de 13 000 Euros environ qu’ils ont plantés, cultivés, ramassés et stockés sont devenus immangeables car brûlés ou pollués.

C’est aussi une énorme perte pour nos publics de l’épicerie sociale et solidaire « au caddy fleury »  qui, grâce à ce jardin,  accèdent à des produits bio, variés, locaux et de saison. C’est aussi un manque à gagner important pour le magasin de producteurs « la ferme d’à côté » à qui notre jardin fournit l’ensemble des légumes proposés à la vente.

Beaucoup d’interrogations subsistent sur l’origine de l’incendie, beaucoup de temps va s’écouler avant qu’une solution pérenne ne se dessine.

C’est pourquoi nous avons besoin de votre aide pour nous aider à financer les pertes et à maintenir ce beau projet de démocratie alimentaire.

LIEN POUR PARTICIPER A LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF :

https://www.helloasso.com/associations/economie-solidarite-partage/collectes/continuer-de-tendre-vers-une-democratie-alimentaire-apres-l-incendie

ESP ET TOURNUGEOIS VIVANT VOUS REMERCIENT A L’AVANCE DE VOTRE SOUTIEN

 

CULTURE : LES ROULOTTES EN CHANTIER ONT FÊTÉ LEURS 15 ANS A HAUTERIVE-LE-HAUT

Très belle soirée d’anniversaire des Roulottes en Chantier à Hauterive-le-Haut.

Comme indiqué sur le site Internet de la compagnie, « les Roulottes en Chantier sont nées en 2009, à la suite d’une rencontre entre un vendeur de piano, des villageois et une artiste musicienne, Anne-Marie TILLIER. D’un côté, la curiosité et de l’autre la passion, avec l’envie de rassembler des habitants et des artistes pour développer et favoriser la culture en milieu rural.

En 2013, un autre artiste venant du milieu du cirque, s’approche, regarde et entre : c’est Vincent MOLLIENS. L’association grandit et s’enrichit d’adhérents, de bénévoles et d’artistes. « 

La fête se passait hier, samedi 5 novembre, dans la grange-théâtre et sous le grand chapiteau. Elle s’est déroulée en deux temps.

D’abord Molière

En première partie de soirée, Molière était de la fête sous les traits de Martin Petitguyot. Un spectacle dynamique, un tantinet provocateur, qui donne une autre image de Molière. Le public a été très impressionné par la performance d’acteur de Martin Petitguyot, pendant deux heures durant.

Un verre de l’amitié a permis aux personnes présentes de partager leurs impressions dans une atmosphère authentique et chaleureuse.

Ensuite la « Festouille »

En deuxième partie de soirée, les invités avaient droit à une « Festouille » sous chapiteau. Mais nul ne savait à l’avance ce qu’on allait manger et ce qu’on allait voir.

Les tables étaient installées sur toute la surface du chapiteau avec des espaces permettant aux artistes de présenter leur numéro.

Sur un fond musical très jazzy, de qualité, les convives ont tour à tour apprécié :

  • Vincent en maladroit casseur d’assiettes,

  • Les tours d’un cartomane en costume et haut de forme réellement bluffants,

  • Un numéro de piano d’Anne-Marie dans une splendide robe bleutée assortie d’une abondante perruque argentée, avec une apparition de Vincent Molliens s’extrayant avec grâce d’un piano à queue pour accéder aux hauteurs du chapiteau, où le rejoignit avec élégance et prestance une artiste de drap aérien.

  • Vincent présenta ensuite un numéro d’équilibre sur plusieurs étages de planchettes soutenues par des verres, une de ses spécialités

Les invités ont ensuite eu droit à des mouvements de ballons multicolores, à un quizz sur l’historique des Roulottes dont le gagnant a eu droit à un massage sur table, ensuite à une présentation poétique du cartomane et enfin à un morceau de cornemuse.

Enfin, le gâteau d’anniversaire

Très belle soirée, pleine d’émotions, de chaleur humaine et de talents.

Bravo les Roulottes, merci pour cette belle soirée et pour tout ce que vous faites dans les villages ruraux.

Et bon vent pour 2024 !

G.M.Crédit photos A.M et G.M

REVUE DE PRESSE PERIODIQUE SUR LE VELO par Sylvain

Bonjour, je vous propose de vous faire parvenir une petite revue de presse le plus souvent mensuelle concernant l’évolution de la mobilité douce.

Il existe à CORMATIN un système sécurisé d’une simplicité extrême puisque vous rentrez votre vélo et vous pouvez l’attacher à l’intérieur avec votre antivol ou/et ensuite vous mettez votre cadenas sur la porte ; ce sont des caissons individuels.

En l’occurrence ici près du château de Cormatin la durée d’occupation est limitée à 48 h on pourrait imaginer une durée plus courte !!!

Pas d’abonnement, pas de gestion compliquée à faire au niveau de la collectivité locale cela vous permet quand vous avez un vélo électrique onéreux ou si vous êtes cyclotouristes (GRAVEL, VAE, vélo de randonnée, cad un vélo haut-de-gamme de quelques milliers d’euros) avec tout votre barda ou/et vos courses commerciales de laisser votre matériel en toute sécurité. 

Pour l’anecdote il s’est vendu plus de vélos électriques (780 000) en 2022 que de voitures neuves ; 3 millions sont prévus vers 2030 !!! 

70 % des trajets en zone rurale font moins de 3 km et sont réalisés en automobiles

TOURNUS : FESTIVAL CONTES GIVRÉS SPECTACLE LARZAC LE 20 OCTOBRE

La ville de Tournus, le Galpon et les contes givrés présentent le 20 octobre à la salle des Arcades le spectacle Larzac ! 

Larzac ! s’intéresse à ce qui se passe aujourd’hui sur le plateau : la vie de ses habitants et celle de l’outil de gestion collective des terres agricoles auquel ils participent. Dans un mélange d’intimités, de réflexions sur notre rapport à la propriété, sur l’agriculture paysanne que les Larzaciens entendent mener, de questions sur le fonctionnement du collectif, Larzac ! est le reflet de quarante ans d’expérience de cette gestion collective exemplaire. Une parole d’une grande nécessité. Rien ne sera jamais plus comme avant.

TOURNUGEOIS VIVANT : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2023 – LE VENDREDI 6 OCTOBRE A 19H

Le Conseil d’Administration a le plaisir de vous inviter à l’Assemblée Générale 2023 de Tournugeois Vivant

L’AG aura lieu à Tournus le vendredi 6 octobre à 19h00 dans la salle 15 de l’ancien du Palais de Justice de Tournus, rue des Casernes.

A l’ordre du jour :

  • Rapport moral : les valeurs de TV sur le terrain

    •  Démocratie participative

    • Création et développement du lien social sur le territoire

    • Co-construction de la transition écologique

  • Rapport d’activités 2022

  • Rapport financier 2022

  • Élection des membres du CA pour l’année 2023-2024

  • Montant des cotisations pour 2024

  • Perspectives 2024 pour Tournugeois Vivant :

    • Agriculture/alimentation et justice sociale : le projet PrécariTerr sur l’accès à l’alimentation et la justice sociale dans le Tournugeois

    • Eau potable et pollution : la mesure de la qualité de l’eau potable

    • Culture et territoire :

      • témoignages d’artistes et podcasts,

      • projet d’événement culturel en partenariat avec Cuisery

      • un an après le rapport sur la « Richesse culturelle du Tournugeois »

    • Relations TV et les collectivités territoriales

    • Relations TV et d’autres associations locales

 

    • FOCUS « VELO » Philippe Clément et les membres du Groupe de Travail :

1 – POURQUOI LE VELO/ puissance et vitesse; santé et économie; environnement et loisir,

2 – FRANCE, DEPARTEMENT, COMMUNE/ le retard, les plans vélos, les aides,

3 – CARTES DE L EXISTANT

4 – QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS, premiers retours : profil, 2 axes, une dizaine de propositions

5 – CALENDRIER/ réunion maires et comm comm, schéma directeur, rôle de Tournugeois vivant

VENEZ NOMBREUX, NOTRE ASSOCIATION A BESOIN DE VOUS.

DEUX EVENEMENTS ARTISTIQUES ET CULTURELS EXCEPTIONNELS

Après une période de silence qui coïncide avec l’été des vacances, nous reprenons notre chemin vers une transition écologique et culturelle.

Deux événements artistiques et culturels exceptionnels viennent de se dérouler sur notre territoire en cette fin du mois d’août :

– l’un, au cœur du Tournugeois à Tournus et aussi à Clessé, le festival « Détours en Tournugeois »,

– l’autre, au-delà de la frontière entre Tournugeois et Mâconnais à Hurigny, le festival « la Manufacture d’Idées. »

Revenons sur chacun de ces deux événements.

DETOURS EN TOURNUGEOIS : LA PUISSANCE DE L’ESPRIT COLLECTIF

Détours en Tournugeois est un festival des Arts de la Rue qui se déroule chaque année à Tournus et dans des villages ruraux à proximité.

Ce festival, organisé depuis treize ans par l’association tournusienne « Le Galpon » regroupe d’un côté des compagnies de spectacle vivant qui présentent leurs créations et de l’autre une multitude de bénévoles grâce auxquels la fête est rendue possible.

Cette année, comme l‘indiquent les organisateurs : « la programmation et la direction technique ont été pensées collégialement, et c’est au sein de quelques dizaines de joyeuses et studieuses réunions qu’ont été concoctées la communication et l’organisation générale de votre festival adoré… À l’image du public du festival, l’équipe bénévole est métissée tant sur le plan des origines, de l’âge que des compétences. C’est une force indéniable qui laisse augurer de belles perspectives d’avenir. »

Il y a dans cette réalisation effectivement une mobilisation exceptionnelle du mouvement associatif local et de plus d’une centaine de bénévoles. Cette mobilisation des énergies locales est exemplaire, elle démontre que la désaffection de l’engagement bénévole qui est constatée aujourd’hui en France (*), n’est pas une fatalité dès lors que l’engagement a un sens très fort, qu’il s’inscrit sur un territoire, qu’il est ciblé dans le temps et qu’il s’appuie sur une multitude de liens à la fois interpersonnels et inter-associatifs.

Le Galpon a fait de cette alchimie son image de marque, très caractéristique de ce que Tournugeois Vivant a appelé « la richesse culturelle du Tournugeois ».

Plus que des mots, les images parlent de cette osmose commune ; les regards, les sourires, les applaudissements, les impressions partagées entre les participants, le lien privilégié qui s’établit entre les artistes et le public.

Point très important pour le Galpon, l’accès aux spectacles est libre, chacun peut participer « au chapeau », en fonction de ses moyens.

Ci-dessous le spectacle de la compagnie Super super « Plouf et replouf », au coeur de la ville, sur une place, espace public, accessible à tous. Photo JSL Florent Müller

Radio Kaizman, orchestre tournusien créé il y a dix ans, connu aujourd’hui dans la France entière, ici au coeur de son public, au Pas Fleury sur le stade de Tournus.  Photo G.M.


Les stands des bénévoles et celui de l’Embarqu’ où chacun peut trouver nourriture à son goût. Photo G.M.

Ci-dessous le spectacle de cirque extraordinaire de Galapiat, la Brise de la Pastille. Le public en a pris plein les yeux ! Photo G.M.

« Un clown acrobate au mât chinois et aux questions existentielles. Un musicien à l’univers sonore bien trempé. Des paroles en l’air qui questionneraient la vie sur Terre. Accompagné par un musicien aux pieds sur terre, un clown tendre et rock’n roll s’envoie en l’air, prend de la hauteur et recherche désespérément. Effrayé par le brouhaha du monde, il essaie, là-haut, de mettre un pied devant l’autre. Mais attention, comme l’archet sur les cordes, parfois ça crisse, ça grince et ça explose. »

Dimanche, c’était au tour de Clessé, village de presque 900 habitants, d’accueillir le festival.

Parmi les spectacles proposés, deux étaient présentés par des compagnies du Tournugeois.

– Le premier proposé par la compagnie « Amphigouri », s’intitule « La Ballade des Pouilleux » écrit d’après « The Beggar’s Opera » de John Gay, qui date de 1728, et « L’Opéra de Quat’sous » (Die Dreigroschenoper) de Bertolt Brecht et Kurt Weill, créé en 1928.

Dans la « Ballade des Pouilleux », le conteur-chanteur, merveilleusement incarné par Julien Picard, nous emmène en chansons dans le Londres du XVIIIe siècle, parmi les voleurs et les mendiants. « Un récit trépidant et drôle, de ruse, d’amour et de trahison au son de chansons des rues de toute l’Europe ». Mise en scène de Nathacha Picard.

– Le second spectacle musical, intitulé « Ma Louve », présenté à Clessé, est une création de la Compagnie « Juste avant l’Oubli » basée à Ozenay, un village situé à proximité de Tournus. « Récital et digressions pour une comédienne et un musicien. Leur répertoire chante l’amour, en nous laissant à voir et à entendre leurs réflexions et leurs pensées. C’est une femme amoureuse au langage désarmant et drôle, et qui déteste l’avarice sentimentale. Il est son homme, sa muse, son musicien. Ils nous invitent dans leur récital fou, à faire sonner les sentiments et crépiter le palpitant… Oser l’insolence de dire l’amour, plonger au cœur des ardeurs, se rassembler, rire et s’en aller », avec Amélie Vénisse et Quentin Marotine.

Mais à Clessé, ce dimanche, on pouvait aussi apprécier au fil d’une déambulation dans le village le danseur Patrice de Bénédetti dans deux spectacles chargés d’émotion, les rythmes endiablés de la formation tournusienne « Rue des Granges », la musique pianistique du collectif « Pourquoi pas », les chansons d’Erwan Pinard et les interpellations chaleureuses du crieur Gérald Rigaud.

Détours en Tournugeois : une dynamique, une qualité artistique, un enthousiasme collectif bien ancrés dans le territoire !

LA MANUFACTURE D’IDÉES : « ECOLOGIES DE L’ATTENTION »

L’autre événement exceptionnel qui a retenu toute notre attention et qui s’est tenu du 23 au 27 août s’est déroulé dans le cadre magnifique du château d’Hurigny, il s’agit de la Manufacture d’Idées (et non des Idées! Attention!).

Comme elle le fait depuis douze ans maintenant, l’équipe des organisateurs pilotée par Emmanuel Favre a réuni pendant 5 jours un grand nombre de chercheurs, d’artistes, d’écrivains, de philosophes sur le thème de « L’ATTENTION ».

Comme point de départ, des phénomènes que nous pouvons tous observer : les effets du changement climatique, les extinctions massives dont la liste grossit chaque jour, les vacillements démocratiques et les crises sociales et politiques que traversent nos sociétés, qui révèlent la fragilité de l’écosystème Terre et de l’organisation humaine du monde.

Question posée : face à ces multiples défis, il s’agit non seulement de nous demander à quoi nous devons faire attention, mais ce que nous pouvons faire de notre attention ?

Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à cette question, plusieurs intervenants renommés ont participé à ces journées. Parmi ceux-ci : Jean-Chritophe Bailly, écrivain; Benoît Bonnemaison-Fitte, dit Bonnefrite, peintre; Dipesh Chakrabarty, professeur d’histoire à l’université de Chicago; Nicola Delon, architecte; Vinciane Despret, philosophe et psychologue de l’université de Liège; Mohamed El Khatib, réalisateur; Donna Haraway, philosophe et biologiste américaine de renommée mondiale; Faustin Linyekula, danseur, chorégraphe et metteur en scène en République Démocratique du Congo; Baptiste Morizot, écrivain et philosophe auteur de nombreux livres; Isabelle Stengers, philosophe des Sciences; Peter Szendy, philosophe et musicologue; Fabrizio Terranova, cinéaste et dramaturge, Bénédicte Zitouni, sociologue, université Saint-Louis de Bruxelles…

La qualité des intervenants était bien sûr au rendez-vous comme chaque année, et c’est une véritable occasion pour le public de situer les axes de la recherche contemporaine et de s’approprier les questionnements des chercheurs et des artistes sur notre monde, de plus en plus complexe et de plus en plus problématique quant à ses perspectives. La richesse et la diversité des thèmes abordés par les intervenants fait que chacun peut trouver chaussure à son pied et la librairie de la Manufacture est là pour apporter des réflexions approfondies.

Tournugeois Vivant salue cette initiative bien ancrée dans le territoire, qui permet des échanges particulièrement interessants, entre chercheurs et artistes, mais aussi entre intervenants et public fidèle.

Ci-dessus : Faustin Linyekula. Photo G.M. – Dans sa dernière création, My body, my Archive (2023), le danseur revisite l’histoire blessée du Congo et fait l’exploration de son corps comme archive sensible des passés de son pays. Pour ce nouveau spectacle, il parcourt vingt ans de création, attentif à ce qui n’est pas là : les femmes, absentes des mémoires comme des récits de son clan. Il les convoque sous forme de statues de bois réalisées par Gbaga, sculpteur Lengola.

Ci-dessus, l’intervention de Dipesh Chakrabarty, dédiée à Bruno Latour. Photo G.M.            Idées : « Nous ne vivons pas pas simplement dans un ère globale, mais au bord du global et de ce qu’on peut appeler le « planétaire ». En pensant aux derniers siècles de passés humains et aux futurs humains encore à venir, il nous faut nous orienter vers ce que nous avons appris à appeler le globe mais aussi vers une nouvelle entité historico-philosophique qui s’appelle la planète. » « Les êtres humains, avec leurs chiffres, sont devenus une force géologique qui impacte très fortement la planète. » L »humanité est une forme mineure de vie. Aujourd’hui, on quitte l’ère globale pour l’ère de la planète ». En finir avec une histoire humano-centriste.


Photo ci-dessus : présentation de Mohamed El Khatib. Photo G.M.-                                            Idées : création d’un centre d’art multidisciplinaire dans un EHPAD « Les Blés d’Or ». Le motif poursuivi par les artistes et les personnels soignants est de modifier le regard que l’on porte sur les établissements de fin de vie ; tout en réinventant les limites et la définition d’un espace artistique selon un modèle de création partagé qui met en dialogue résidents, artistes et soignants. Introduire le point de vue du désir dans les EHPAD. Abattre les frontières entre médical et artistique. Comment inscrire un rapport quotidien à l’art dans ce type d’établissement ? L’art et la culture hors les murs traditionnels. Les artistes invités ont en commun de développer une recherche qui met la rencontre avec les résidents au cœur de leur pratique en incluant leur vie à chaque projet et sous différentes formes : textes, vidéos, photographies, dessins, collages, performances.

Photo ci-dessous : Vinciane Despret –  Idées : Les Nouveaux commanditaires : le Protocole des Nouveaux commanditaires définit les rôles et les responsabilités d’acteurs qui mènent ensemble une action dont la finalité est l’émergence d’œuvres d’art, en tout domaine de création.  –   Il propose à toute personne de la société civile qui le souhaite, sans exclusive et en n’importe quel lieu, seule ou associée à  d’autres, les moyens d’assumer la responsabilité d’une commande d’œuvre à un artiste. En tant que commanditaire, il lui appartient dès lors de comprendre et de dire une raison d’être de l’art et d’un investissement de la collectivité dans la création. Les citoyens comme puissance agissante au coeur de l’oeuvre.

Dialogue sur l’écologie des images entre Jean-Christophe Bailly et Peter Szendy. Photo G.M. Idées : les images, peintures, photos, extraits de films, se réfèrent à des temporalités divergentes. Il suffit d’observer pour les découvrir. L’image naît d’un contact entre un regardeur et un regardant. Elle est une césure dans le cours du temps. Ce faisant, elle propose à notre regard une expérience que nous ne pouvons pas réaliser nous-mêmes. L’image, oeuvre d’art est une main sur l’épaule. « Arrête-toi. » Les images peuvent aussi être pleines de tensions contradictoires…

« Détours en Tournugeois », « la Manufacture des idées », deux manifestations artistiques et culturelles exceptionnelles, certes très différentes dans leurs objectifs, mais finalement très liées par les engagements qu’elles suscitent et par les frottements qu’elles génèrent dans notre quotidien, générateurs de prise de recul, de régénération et de plaisir du partage. Deux bateaux sur une trajectoire porteuse d’avenir. Quelle chance avons-nous de vivre ces aventures du coeur et de l’esprit à domicile ou quasiment !

G.M.

(*) Cofac, bénévolat de proximité le grand épuisement.