L’HUMAIN AU COEUR DU DÉBAT

Tournugeois vivant a participé aux « Dialogues en humanité » à Lyon, samedi 3 juillet !

Dialogues en humanité c’est quoi ?

Depuis 2002, marqué par le sommet de Johannesbourg (20 ans après la déclaration de Rio pour un développement durable de la planète), existe tous les ans au Parc de la Tête d’or, une manifestation à l’initiative de Patrick Viveret, philosophe, du Grand Lyon et d’associations citoyennes, écologiques et solidaires pour s’interroger ensemble sur les liens entre l’humain, l’écologie, l’engagement des jeunes, la place des femmes, l’art…pour donner à voir les initiatives et inventer ensemble une humanité désirable à l’échelle locale, nationale mais aussi internationale.

Quelle place pour l’alimentation ?

L’alimentation est au coeur de ces objectifs : un atelier sous les arbres a permis d’échanger sur une préoccupation commune : comment arriver à zéro précarité alimentaire dans les territoires ? Autour de Marc Alphandéry et Dominique Picard du Labo de l’ESS et auteurs d’une étude : « agir contre la précarité alimentaire en favorisant l’accès de tou.te.s à une alimentation de qualité », la question est posée    à la fois à l’échelle nationale pour développer le pouvoir d’achat des personnes en précarité, pour reconnaître le droit à l’alimentation comme un droit constitutionnel et à l’échelle locale, en rassemblant acteurs publics, associatifs et privés, pour créer les conditions d’un accès de tous à une alimentation de qualité et locale.

En phase avec le programme POPSU Tournugeois

Ce que notre territoire a entrepris dans le cadre du programme de recherche participative POPSU entre dans cette démarche : s’interroger sur les conditions d’accès mais aussi sur les conditions de production professionnelle et domestique, sur les conditions de transformation et de distribution pour mettre  tout le monde autour de la table !

Petit à petit…

Des expériences sont menées un peu partout en France et ailleurs, notre site en relaye un certain nombre, gageons qu’ensemble des brèches sont ouvertes pour que le pouvoir de s’alimenter sainement ne dépende pas que du pouvoir d’achat mais soit un fondement de notre pouvoir de vivre.

C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.