CONFIRMATION : L’EGLISE SAINT VALERIEN A ÉTÉ ACHETÉE PAR LE GROUPE HOLDING BADEY INVESTISSEMENTS (HBI)

Image illustrative de l’article Église Saint-Valérien de Tournus

A VRAI DIRE CE N’EST PAS UNE SURPRISE !

Le bruit courait depuis plusieurs semaines. Le JSL de ce jour vient de confirmer l’opération. La vente de l’église et de la place adjacente du Grognard Putigny au groupe HBI (qui appartient à la famille Badey) a été actée par les élus de Tournus, mardi 8 février lors de la séance du Conseil municipal. La stratégie d’investissements touristiques du groupe HBI  à Tournus suit donc son cours. Pour rappel, le chiffre d’affaires annuel du groupe s’élevait en 2020 à 162 millions d’euros, alors que les budgets primitifs d’investissement de la ville de Tournus pour 2022 sont de 4,65 millions d’euros.

Le prix de départ de la vente de Saint Valérien aux enchères sur le site Agorastore fixé par la mairie était de 75 000€ et le montant de la remise en état du site estimée, selon nos informations, entre 700 000€ et 800 000€. La vente est assortie d’un convention fixant les conditions à respecter par le propriétaire pour exploiter le site. Le capital privé vient donc se substituer à l’argent public.

Et le parc Eclat ?

On nous promet bientôt des nouvelles du Parc Eclat.

Selon le Département, les opérations foncières en zone Nord de Tournus sont ficelées pour ce qui concerne les terrains, hors le parc lui-même (qui serait sous promesse unilatérale de vente valable 4 ans, selon nos informations).

S’agissant du parc de spectacles, il reste maintenant à découvrir les nouvelles propositions du porteur privé du projet (qui a dû se remettre au travail). De ce côté-là, c’est toujours le black out !

Tournugeois Vivant, qui a une légitimité historique à s’intéresser à ce qui se passe sur la Zone Nord, se doit de rester vigilant sur toutes les opérations en cours et à venir, et cela d’autant plus que jusqu’à présent la transparence n’a pas été de mise.

Autre point de vigilance, les acteurs culturels locaux n’ont, à notre connaissance, été ni informés, ni impliqués par le porteur de projet. Que penser lorsqu’on nous annoncera l’arrivée de spectacles avec des participants venus d’ailleurs, dont on nous dit qu’ils vanteront l’histoire de la Saône-et-Loire auprès de milliers de touristes qui viendront s’agglutiner pendant 6 mois de l’année entre l’autoroute A6, la route 906, la voie de chemin de fer et la Saône ?

Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.