SUGGESTION : Cours pratiques d’Agriculture/Permaculture/Cuisine de la maternelle au bac

Programme de la graine à l’assiette

Afin que chaque individu puisse :
– Apprendre à se nourrir pour sa sécurité alimentaire
– Développer de l’empathie vis a vis du vivant le premier bien commun
– Etre en bonne santé grâce à une alimentation locale et équilibrée
– Comprendre la valeur de la nourriture (lutte anti gaspillage)

Exemples pratiques :

– Désasphalter les cours d’écoles
– Mettre en place par tous les moyens des systèmes de cultures dans les écoles (bac, pleine terre…)
– Remettre des salles de cuisines dans les écoles
– Cultiver sur les stades de foot
– Visites de fermes à chaque saison
– Dialogues avec des cultivateurs, des paysans et des permaculteurs.
– Connexion directe et pratique entre les collectivités et les écoles pour la mise en place de jardins et la facilitation d’implantation de dispositifs agricoles proches des habitations pour assurer la continuité pédagogique.

source : https://lejourdapres.parlement-ouvert.fr/processes/lejourdapres/f/15/proposals/4275?component_id=15&locale=fr&participatory_process_slug=lejourdapres

ASSOCIATIONS CULTURELLES : INFO IMPORTANTE

Plan de soutien départemental aux associations culturelles

Les associations culturelles ne sont pas épargnées par les conséquences de la pandémie de coronavirus et des mesures de confinement sur leurs activités.
Pour vous venir en aide, le Département a adopté un plan de soutien exceptionnel d’un montant de 500 000€.
L’aide départementale apportée pourra aller de 500€ à 20 000€.

Les dossiers devront être déposés avant le 17 octobre.

Les montants attribués vous seront communiquées à l’issue d’une commission qui se tiendra le 19 novembre.
Dépôt du dossier « plan de soutien culture » uniquement en ligne (avant le 17 octobre 2020) en cliquant ICI

https://www.saoneetloire71.fr/plan-de-soutien-culture

DOCUMENTS À FOURNIR EN LIGNE EN FORMAT PDF

• Statuts de l’association
• Relevé d’identité bancaire au nom de l’association, contenant le code IBAN
• Budget réalisé de l’année 2019
• Budget prévisionnel de l’année 2020
• Document d’identité du demandeur

PROCHAIN EVENEMENT AUX ACCORDS DU LION D’OR À SIMANDRE

« Opéra sans l’sou »
samedi 10/10/2020
20h00

AUX ACCORDS DU LION D’OR À SIMANDRE

Julien Picard et Anna Kupfer ont pu répéter dans la salle de bal cet été en résidence, ils partagent avec nous leur première.
Cela devait être un spectacle, l’histoire de voleurs et de mendiants qui a inspiré l’Opéra de quatr’sous de Brecht, ce sera un concert.

FORMATION AU LOGICIEL « PARCEL » ORGANISÉE À TOURNUS PAR TERRE DE LIENS

Nous avons déjà parlé plusieurs fois de  » Parcel » sur notre site. Mais un rappel s’impose.

PARCEL C’EST QUOI ?

PARCEL est un outil web simple, ludique et gratuit, permettant d’évaluer pour un territoire donné les surfaces agricoles nécessaires pour se nourrir localement, ainsi que les emplois agricoles et les impacts écologiques associés à d’éventuels changements de mode de production agricole et/ou de régimes alimentaires (émissions de gaz à effet de serre, pollution des ressources en eau, effets sur la biodiversité…)

Développé par Terre de Liens, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) et le BASIC, PARCEL invite les citoyens et les élus à se saisir des enjeux actuels de l’alimentation en leur proposant de « jouer » sur 3 des principaux leviers de durabilité de l’alimentation :

  • La reterritorialisation des filières alimentaires
  • Les modes de production agricole
  • La composition des régimes alimentaires

Les acteurs locaux pourront ainsi développer plusieurs scénarios à leur(s) échelle(s) afin de nourrir les nécessaires débats sur les questions de la transition alimentaire et de l’usage des terres agricoles dans les territoires.

A Tournus, une journée de formation a été organisée par Terre de Liens à laquelle ont participé des membres de groupes locaux de Terre de Liens ainsi que des personnes extérieures, membres d’associations ou élus. Les participants à la formation qui étaient au nombre de 15, avaient déjà suivi 2 séquences de formation à distance en ligne destinées à la découverte du logiciel.

Cette fois-ci la formation se faisait en « présentiel » avec Damien, l’animateur de TdL. Il ne s’agissait plus d’entrer dans la mécanique du logiciel, mais bien de réfléchir en commun à son utilisation dans des situations concrètes (jeux de rôles).


 Journée de formation à Parcel à Tournus le 22 septembre avec 15 participants

L’intérêt de cette journée a été de mettre en pratique à travers des cas concrets l’utilisation qui pouvait être faite de l’outil PARCEL. Ces cas ont montré la nécessité pour les utilisateurs de bien s’imprégner de la logique de l’outil, de manière à pouvoir faire des projections sur l’avenir d’un territoire et à les justifier devant des tiers.

BIEN MAÎTRISER L’OUTIL

Pour l’utiliser en situation avec des interlocuteurs devant soi, des élus par exemple, il est nécessaire d’avoir une véritable maîtrise de l’outil. Ce qui nécessite des heures de pratique, seul et/ou à plusieurs. Il faut également éviter l’écueil de faire de l’ordinateur le troisième personnage dans un entretien à deux par exemple. C’est ce qu’ont montré les jeux de rôle.

Les participants à la journée de formation à Parcel à Tournus

UN BON OUTIL POUR PRÉPARER DES PRÉSENTATIONS OU DES DÉBATS

Pour les stagiaires, Parcel permet de préparer des entretiens ou des présentations devant différents types de publics. Il offre la possibilité de construire différents scénarios en jouant sur les variables d’entrée. Il met notamment clairement en évidence les conséquences des choix que l’on peut faire en matière de relocalisation de l’agriculture sur un territoire donné, de changement de régime alimentaire ainsi que de développement d’une alimentation bio. On connaît les obligations de la loi EGALIM concernant notamment les cantines scolaires et la part de bio dans les menus.

Il prend aussi en compte les impacts sur l’emploi.

LES RETOURS DES PARTICIPANTS CONSTITUERONT UNE VRAIE RICHESSE

Les remontées des données collectées auprès des participants aux formations, ainsi que la présentation de recueils de cas pratiques permettront sans nul doute de développer l’opérationnalité de Parcel, dans les mois à venir.

Au final le principal apport de Parcel est de permettre la combinaison de données multiples pour traiter des situations qui restent spécifiques car liées chacune à un territoire déterminé.

G.M.

 Journée de formation à Parcel à Tournus le 22 septembre

SIMANDRE : EXPOSITION DES FERMES SIMANDRINES AUX ACCORDS DU LION D’OR : UNE VRAIE REUSSITE !

Samedi et dimanche derniers les habitants de Simandre et les visiteurs ont pu se replonger dans un passé qui n’est pas si lointain, celui des fermes situées à Simandre et aux alentours. Ainsi a-t-on pu mesurer l’évolution des métiers de la terre depuis les années 60.

Plusieurs membres de Tournugeois Vivant ont visité l’exposition qui rassemblait à la fois des objets et de la documentation sur les fermes dans les années d’après-guerre.

Nous avons pu observer la modification des espaces ruraux entre les années 1945 et aujourd’hui, à partir de photos prises d’avion. Là où il y avait des parcelles multiples de champs, souvent bordés de haies, il n’y a plus aujourd’hui que des grands espaces où l’on cultive céréales, colza et autres…

Ce sont les machines qui font le travail. Là où des dizaines de personnes s’affairaient pour le battage du blé, aujourd’hui, une à deux personnes suffisent, dès lors que le matériel est là. Mais l’objectif de l’exposition n’est pas de regretter l’ancien temps, c’est au contraire de prendre conscience de la richesse patrimoniale que représentent toutes ces activités, tous ces outils, toutes ces traditions et d’essayer de comprendre les évolutions, en discutant avec les agriculteurs d’aujourd’hui.

Mieux se connaître, mieux se comprendre, mieux vivre ensemble pour préparer demain.

Une projection de photos d’époque dans la magnifique salle de bal du Lion d’Or, et même plus anciennes, a permis à des habitants de Simandre d’identifier les habitants des fermes au moment de la moisson, ou des veillées, ou encore dans les différents travaux des champs et de discuter avec l’assistance.

La transmission de génération en génération est quelque chose de très important.

Bravo à toute l’équipe qui a œuvré à la réussite de cette exposition.

G.M.

 

TOURNUS : LA MAISON DES CITOYENS A OUVERT SES PORTES

Il y avait beaucoup de monde dans la rue de l’Hôpital ce matin 15 septembre à 11h. C’était en effet l’inauguration de la Maison des Citoyens par Mme Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté. La Maison des Citoyens est installée dans une maison datant du XIIIe siècle, ce qui lui donne beaucoup de caractère.

La grande surprise pour l’assistance nombreuse au moment de pénétrer dans la salle est de trouver qu’elle était déjà occupée… par des membres du Conseil Municipal des Enfants et des Jeunes de Tournus. Les citoyens de demain étaient bien en place et ils ont entamé un dialogue avec Mme Dufay, prenant leur rôle très au sérieux.

Sont membres de ce Conseil pour cette année scolaire 2019-20 les classes de CM1 et CM2 de l’école Raymond Dorey et de l’école Saint-Valérien ainsi que les enfants scolarisés en classe de sixième au collège En Bagatelle.

Première impression, les locaux sont très bien agencés, généralement avec du mobilier de récupération. Economies obligent ! C’est un local situé en plein centre-ville à côté du musée Greuze.

Une Maison des Citoyens : pour quoi faire ?

En deux mots, elle est un lieu qui vise à faciliter la vie démocratique locale, un lieu où les citoyens avec les élus, les citoyens entre eux, puissent, dans un souci partagé de l’intérêt commun, s’informer réciproquement, débattre, se concerter, élaborer ensemble des propositions et des projets, un lieu de ressources démocratiques facilement accessible à tous.

Par exemple elle sera utilisée dans la lutte contre la fracture numérique : des ateliers et des permanences de scribes numériques auront lieu prochainement. Ils seront encadrés par des bénévoles.

Et au plan pratique ?

Un formulaire de demande de réservation sera disponible sur le site de la ville, et en version papier en mairie et au centre social. Il sera à renvoyer aux services « Vie sociale et citoyenneté » (centre.social@tournus.fr) et « Etat Civil » (location.salles@tournus.fr).

Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir plus, vous pouvez contacter Gaëlle Saint-Hilary, élue municipale de Tournus déléguée à la participation citoyenne gaelle.saint-hilary@tournus.fr

UN BEAU CONCERT DE RENÉ MILLER A PRETY

Excellent concert de René Miller organisé par Gérard Doussau et par Pistriacum Production, dans la belle salle de l’espace Pistriacum, à Préty.

René est originaire de Louisiane, mais il vit à Montreuil en région parisienne. C’est un bluesman comme je les aime, un « pur » qui s’inspire des origines du blues de Blind Lemon Jefferson (1893 – 1929), de Blind Willie Johnson (1897 – 1945) ou de Robert Johnson (1911 – 1938), le roi du Delta Blues, resté inégalé dans sa maîtrise de l’instrument.

Avec une guitare acoustique toute simple, René nous transporte sur les bords du Mississipi avec la mélancolie des bluesmen du Delta.

Il a présentéun morceau des Beatles, ainsi que des chansons françaises, avec une interprétation très colorée par un accent américain : « La vie en rose », ou encore la « Javanaise de Gainsbourg ».

Covid-19 oblige, les spectateurs se tenaient à distance les uns des autres, mais ils ont vraiment passé un bon moment avec un artiste à la fois plein d’humour, de fantaisie et en même temps très intuitif dans ses interprétations des meilleurs blues du sud. La voix de René a un pouvoir de transformation assez fantastique, elle passe très vite du rugissement à la douceur propre à une balade. En reprenant chaque morceau, chaque standard, René Miller apporte une forte touche personnelle qui est le propre des grands musiciens;

Ce qui m’a le plus impressionné chez René, c’est sa rythmique à la guitare.

G.M.

 

 

 

 

 

 

René Miller à Préty, le 25 juillet. Photo G.M.

CHANGEONS DE REGARD SUR NOTRE ALIMENTATION

Source : Centre de Ressources et du Développement Durable.
Manger… Avons-nous conscience de l’importance de cet acte quotidien ?
Pour être en bonne santé, faire plaisir à sa famille, retrouver les saveurs de notre enfance ou s’aventurer vers des goûts exotiques, les mangeurs ont le choix… trop de choix ?
Comment être sûrs de manger des produits de qualité si ce n’est en faisant confiance en ceux qui travaillent cette offre. Et du champ à l’assiette, ils sont nombreux : producteurs et pêcheurs, artisans et industriels transformateurs, grossistes et négociants, restaurateurs et distributeurs…
Et puis il y a les chercheurs, les associations locales, les collectivités et leurs élus, les publicitaires, les producteurs d’émissions télé qui influencent bien des choses. Tout semble bien organisé. Et pourtant… Aujourd’hui, 30% de la production alimentaire est gaspillée, perdue ou jetée. Les ingrédients d’un simple yaourt aux fruits parcourent plus de 9000 km avant d’être consommés.

 

MANCEY : RÉUNION SUR L’ALIMENTATION DE QUALITÉ

Le jeudi 10 juillet a eu lieu à Mancey une réunion de travail sur « l’alimentation de qualité ».

Cette réunion fait partie du déroulement du programme « POPSU Territoires » à Tournus et en Tournugeois.

Le programme POPSU Territoires vise, par le croisement des savoirs scientifiques et opérationnels, à mieux connaître les processus qui transforment les petites villes et les ruralités françaises. Il s’agit dans le même temps de nourrir les réflexions stratégiques des décideurs sur l’avenir de leurs territoires. Le programme aspire enfin à créer une dynamique de collaboration qui permette un enrichissement réciproque des élus, des praticiens de la ville, des concepteurs architectes et urbanistes, des chercheurs de diverses disciplines et des citoyens.

  • Le projet de recherche-action à Tournus et dans le Tournugeois

A Tournus, la recherche-action vise la construction d’un système alimentaire local intégrant les questions sociale, écologique et économique. Cela passe par le regroupement des initiatives locales, diverses et dispersées autour d’une recherche d’autonomie alimentaire fondée sur la mixité sociale, les solidarités de proximité, le développement de pratiques d’autoproduction à l’échelle de la ville de Tournus et du bassin de vie du Tournugeois.

  • Les partenaires du projet de recherche-action Tournus/Tournugeois

Ce sont :

– la ville de Tournus

– la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon à laquelle il faut associer Agrosup Dijon,

– l’association Tournugeois Vivant

– l’Association Economie-Solidarité-Partage de Tournus

Ainsi que plusieurs autres associations locales : l’Amap de Nizerel, la Cagnotte Solidaire, Terre de Liens, Semeurs du Possible, le Café associatif de Tournus « l’Embarqu' », Jardins à protéger, Coopagir…

  • La réunion de travail du 9 juillet à Mancey

La réunion de travail est animée par Dany Lapostolle, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme à l’Université de Bourgogne et responsable scientifique du Living Lab territorial pour un transition sociale et écologique, porté par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon.

Participent également à la réunion, en tant que chercheurs :

Gaetan Mangin, doctorant en Sociologie et Ingénieur de recherche au Living Lab pour la transition sociale et écologique, hébergé par la MSH de Dijon

et Ambre Tréguy, doctorante et ingénieur Agrosup Dijon.

La réunion est organisée par Céline Braillon (Montbellet) et Gérard Morin (Mancey), tous deux administrateurs de Tournugeois Vivant.

Les participants sont des habitants de Mancey, membres de l’Assemblée des Habitants, des élus de Mancey et 3 membres de la Société civile coopérative de consommation Coopagir, qui compte des adhérents dans 14 villages de la région de Laives…

Pour les participants qui sont aussi nombreux que les règles sanitaires le permettent (17), il s’agit de tenter d’apporter des réponses à 3 questions.

  1. « Si je dis “Alimentation de qualité” à quoi pensez-vous ? »

  2. « Comment accéder à une alimentation de qualité sur notre territoire ? »

  3. « Selon-vous, que faudrait-il mettre en place pour faciliter l’accès à une alimentation de qualité sur notre territoire du Tournugeois ? »

Pour ce qui est de la première question, lorsqu’on pense à alimentation de qualité les mots qui sont venus à l’esprit des membres du groupe de travail ont été regroupés en grandes catégories  :

– le goût

– le biologique

– la biodiversité

– l’éducation et la culture

– la confiance dans l’origine des produits

– la qualité nutritionnelle

– la solidarité

Ensuite, les échanges ont porté sur l’accès à une alimentation de qualité. L’un des points clés est que cet accès doit être possible à tous et non uniquement à ceux qui ont les moyens. L’accent a été mis sur le volet social de l’alimentation tant du côté des producteurs qui doivent pouvoir vivre décemment de leur activité professionnelle que des consommateurs.

Enfin, le groupe a examiné un certain nombre de propositions qui ont été mises sur la table en vue de préparer l’avenir.

Le résultat de ces échanges fera l’objet d’une synthèse, il sera agrégé aux résultats d’autres groupes de travail dans le but de constituer des données qui seront ensuite exploitées par les chercheurs de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon et d’Agrosup Dijon.

Une grande journée de mise en commun des travaux se fera en octobre à Tournus sous la forme d’une Etude de cas, à laquelle participeront les équipes nationales du programme POPSU. Les résultats des travaux seront ensuite intégrés dans une base de données nationale  POPSU Territoires.

Localement, ce type de réunion marque une prise de conscience de l’importance de l’alimentation dans notre société, la pandémie récente a bien montré les failles d’un système alimentaire trop centré sur les échanges internationaux, sur la course en avant des gros exploitants agricoles et sur la difficulté à trouver des terres pour relocaliser la production d’aliments sains sur notre territoire. Sécurité alimentaire, alimentation saine, impact des changements climatiques, préservation de la biodiversité, préservation de notre santé à tous et changement du modèle de production agricole dominant sont bien les priorités de demain, pour nous-mêmes et pour nos enfants. Des solutions à portée de main peuvent être mises en place rapidement.

———————

Après un buffet proposant des produits du village de Mancey (fromages de chèvre des deux producteurs du village), des produits locaux de l’agriculture biologique (charcuterie et et jus de fruit), les membres du groupe ont pu aussi déguster des vins de Mancey, notamment un vin blanc bio qui a été fort apprécié.